La résurrection de Jésus : réalité ou fiction ?

À notre époque moderne et éduquée, nous nous demandons parfois si les croyances traditionnelles, en particulier celles concernant la Bible, ne sont que des superstitions dépassées. La Bible raconte de nombreux miracles, mais le plus incroyable est probablement l'histoire de Pâques de la résurrection de Jésus-Christ d'entre les morts après avoir été crucifié sur une croix. 

Existe-t-il une preuve logique pour prendre au sérieux ce récit de la résurrection de Jésus d'entre les morts ? Surprenant pour beaucoup, on peut affirmer que la résurrection de Jésus s'est produite et cette preuve est basée sur des données historiques et non sur des croyances religieuses.

Cette question mérite une enquête approfondie car elle a un impact direct sur nos propres vies. Après tout, nous mourrons tous, peu importe l'argent, l'éducation, la santé et les autres objectifs que nous atteindrons dans la vie. Si Jésus a vaincu la mort, cela donne un réel espoir face à notre propre mort qui approche. Examinons les principales données historiques et les preuves de sa résurrection.

Contexte historique de Jésus : Tacite et Josèphe

Le fait que Jésus a existé et est mort d'une mort publique qui a changé le cours de l'histoire est certain. Il n'est pas nécessaire de consulter la Bible pour vérifier cela. L'histoire séculière enregistre plusieurs références à Jésus et à l'impact qu'il a eu sur le monde de son époque. Regardons-en deux. Le gouverneur et historien romain Tacite a fait une référence fascinante à Jésus lors de l'enregistrement de la façon dont l'empereur romain Néron a exécuté des chrétiens du 1er siècle (en 65 après JC), que Néron a blâmé pour l'incendie de Rome. Voici ce que Tacite a écrit en 112 après JC :

« Néron punit des tortures les plus exquises les personnes communément appelées chrétiennes, qui étaient haïes pour leurs énormités. Christus, le fondateur du nom, fut mis à mort par Ponce Pilate, procureur de Judée sous le règne de Tibère ; mais la superstition pernicieuse, un moment réprimée, éclata de nouveau, non seulement par la Judée, d'où le mal est né, mais par la ville de Rome aussi' Tacite.

Tacite. Annales XV. 44 

Néron - Wikipédia
Néron, l'empereur romain

Tacite confirme que Jésus était : 1) un personnage historique ; 2) exécuté par Ponce Pilate ; 3) en 65 après JC (à l'époque de Néron), la foi chrétienne s'était propagée à travers la Méditerranée de la Judée à Rome avec une telle force que l'empereur de Rome sentit qu'il devait y faire face. Remarquez que Tacite dit ces choses comme un témoin hostile puisqu'il considère le mouvement que Jésus a lancé comme une «superstition méchante». Il est contre, mais ne nie pas son historicité.

Josèphe était un chef militaire juif/historien écrivant aux Romains au premier siècle. Il a résumé l'histoire des Juifs depuis leur origine jusqu'à son époque. Ce faisant, il a couvert le temps et la carrière de Jésus avec ces mots : 

« A cette époque, il y avait un homme sage… Jésus. … bon, et … vertueux. Et beaucoup de gens parmi les Juifs et les autres nations devinrent ses disciples. Pilate l'a condamné à être crucifié et à mourir. Et ceux qui étaient devenus ses disciples n'ont pas abandonné sa condition de disciple. Ils rapportèrent qu'il leur était apparu trois jours après sa crucifixion et qu'il était vivant.

Josèphe. 90 après JC. Antiquités xviii. 33 

Josèphe confirme que : 1) Jésus a existé, 2) Il était un enseignant religieux, 3) Ses disciples ont publiquement proclamé la résurrection de Jésus d'entre les morts. Il semble donc, à partir de ces aperçus du passé, que la mort du Christ était un événement bien connu et que la question de sa résurrection était imposée au monde gréco-romain par ses disciples. 

Contexte historique - de la Bible 

Luc, médecin et historien, fournit de plus amples détails sur la façon dont cette foi a progressé dans le monde antique. Voici son extrait des Actes dans la Bible : 

« Les prêtres et le capitaine… s'approchèrent de Pierre et de Jean… Ils furent très troublés parce que les apôtres enseignaient le peuple et annonçaient en Jésus la résurrection des morts… Ils saisirent Pierre et Jean… les mirent en prison… Quand ils virent le courage de Pierre et Jean et se rendirent compte qu'ils étaient des hommes ordinaires sans instruction, ils s'étonnèrent… « Qu'allons-nous faire de ces hommes ? ils ont demandé.'

Actes 4:1-16 (63 après JC) 

'Alors le souverain sacrificateur et tous ses associés,… ont arrêté les apôtres et les ont mis dans la prison publique. …ils étaient furieux et voulaient les mettre à mort….Ils ont appelé les apôtres et les ont fait fouetter. Alors ils leur ont interdit de parler au nom de Jésus et les ont laissé partir.

Actes 5: 17-40 

Nous pouvons voir que les dirigeants se sont donné beaucoup de mal pour arrêter cette nouvelle croyance. Ces controverses initiales ont eu lieu à Jérusalem – la même ville où, quelques semaines plus tôt, Jésus avait été publiquement exécuté et enterré. 

À partir de ces données historiques, nous pouvons enquêter sur la résurrection en pesant toutes les alternatives possibles et voir laquelle a le plus de sens – sans préjuger par la « foi » de toute résurrection surnaturelle.

Le corps de Jésus et le tombeau 

Nous n'avons que deux alternatives concernant le corps du Christ mort. Soit le tombeau était vide ce matin de dimanche de Pâques, soit il contenait encore son corps. Il n'y a pas d'autres options. 

Supposons que son corps soit resté dans la tombe. Cependant, alors que nous réfléchissons aux événements historiques qui se déroulent, nous sommes rapidement confrontés à des difficultés. Pourquoi les dirigeants romains et juifs de Jérusalem auraient-ils dû prendre des mesures aussi extrêmes pour arrêter les histoires de résurrection si le corps était toujours dans la tombe, à côté des proclamations publiques des disciples de sa résurrection d'entre les morts ? Si le corps de Jésus était encore dans la tombe, il aurait été simple pour les autorités de faire parader le corps du Christ devant tout le monde. Cela aurait discrédité le mouvement naissant sans avoir à les emprisonner, les torturer et finalement les martyriser. Et considérez – des milliers ont été convertis pour croire en la résurrection physique de Jésus à Jérusalem à cette époque. Si j'avais été l'un de ceux qui, dans la foule, écoutaient Peter, se demandant si je pouvais croire son incroyable message (après tout, il est venu avec la persécution), j'aurais au moins pris ma pause déjeuner pour aller au tombeau et chercher moi-même pour voir si le corps était toujours là. Si le corps du Christ était encore dans la tombe, ce mouvement n'aurait pas gagné d'adeptes dans un environnement aussi hostile avec des contre-preuves aussi incriminantes. Ainsi, le corps du Christ restant dans la tombe conduit à des absurdités. Cela n'a aucun sens. 

Les disciples ont-ils volé le corps ? 

Bien sûr, il existe d'autres explications possibles pour un tombeau vide en dehors d'une résurrection. Cependant, toute explication de la disparition du corps doit également tenir compte de ces détails : le sceau romain sur la tombe, la patrouille romaine gardant la tombe, la grosse pierre (1-2 tonnes) recouvrant l'entrée de la tombe, les 40 kg d'agent d'embaumement sur le corps. La liste continue. L'espace ne nous permet pas d'examiner tous les facteurs et scénarios pour expliquer le corps manquant, mais l'explication la plus envisagée a toujours été que les disciples eux-mêmes ont volé le corps de la tombe, l'ont caché quelque part et ont ensuite pu induire les autres en erreur. 

Supposons ce scénario, en évitant pour les besoins de l'argumentation certaines des difficultés à expliquer comment le groupe de disciples découragés qui ont fui pour sauver leur vie lors de son arrestation, pourrait se regrouper et proposer un plan pour voler le corps, déjouant totalement le Romain. gardien. Ils ont ensuite brisé le sceau, déplacé le rocher massif et se sont enfuis avec le corps embaumé - le tout sans faire de victimes (puisqu'ils sont tous restés pour devenir des témoins publics). Supposons qu'ils ont réussi cela et qu'ils sont tous entrés sur la scène mondiale pour démarrer une foi religieuse basée sur leur tromperie. Beaucoup d'entre nous supposent aujourd'hui que ce qui motivait les disciples était le besoin de proclamer la fraternité et l'amour entre les hommes. Mais revenez au récit de Luc et de Josèphe et vous remarquerez que la question litigieuse était « les apôtres enseignaient le peuple et proclamaient en Jésus la résurrection des morts ». Ce thème est primordial dans leurs écrits. Remarquez comment Paul, un autre apôtre, évalue l'importance de la résurrection de Christ : 

Car... je vous ai transmis comme de première importance : que le Christ est mort... enseveli, qu'il est ressuscité le troisième jour... il est apparu à Pierre, puis aux Douze... Si le Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est inutile … votre foi est futile… Si seulement pour cette vie nous avons espoir en Christ, nous sommes plus à plaindre que tous les hommes…. Si j'ai combattu des bêtes sauvages à Ephèse pour des raisons purement humaines, qu'ai-je gagné ? Si les morts ne ressuscitent pas – 'Mangeons et buvons car demain nous mourrons'… .

I Corinthiens 15 : 3-32 (57 ap. J.-C.) 

Clairement, dans leur esprit, les disciples ont placé l'importance et leur témoignage de la résurrection du Christ au centre de leur mouvement. Supposez que c'était vraiment faux - que ces disciples avaient vraiment volé le corps afin que la contre-preuve de leur message ne puisse pas les exposer. Ils peuvent alors tromper le monde avec succès, mais eux-mêmes auraient su que ce qu'ils prêchaient, écrivaient et créaient un grand bouleversement était faux. Pourtant, ils ont donné leur vie (littéralement) pour cette mission. Pourquoi le feraient-ils - S'ils savaient que la base était fausse ? Les gens donnent leur vie à des causes parce qu'ils croient en la cause pour laquelle ils se battent ou parce qu'ils attendent des bénéfices de la cause. Si les disciples avaient volé le corps et l'avaient caché, ils sauraient que la résurrection n'était pas vraie. Considérez d'après leurs propres mots quel prix les disciples ont payé pour la diffusion de leur message - et demandez-vous si vous paieriez un tel prix personnel pour quelque chose que vous saviez être faux : 

Nous sommes pressés de tous côtés… perplexes… persécutés, frappés… extérieurement nous dépérissons… dans une grande endurance, dans les troubles, les épreuves, les détresses, dans les coups, les emprisonnements et les émeutes, le travail acharné, les nuits blanches et la faim… battus… douloureux … pauvre … n'ayant rien… ..Cinq fois j'ai reçu des Juifs les 39 coups de fouet, trois fois j'ai été battu de verges, une fois j'ai été lapidé, trois fois j'ai fait naufrage, … , j'ai été en danger par des rivières, par des bandits , mes propres compatriotes, des Gentils, dans la ville, dans la campagne, dans la mer. J'ai travaillé et peiné et je suis souvent resté sans dormir, j'ai connu la faim et la soif… J'ai eu froid et nu… Qui est faible et je ne me sens pas faible.

II Corinthiens 4 : 8– 6 : 10 ; 11 : 24-29 

Plus je considère l'héroïsme sans faille de toutes leurs vies (aucune n'a été fissurée à la fin amère et « avoué »), plus je trouve impossible qu'ils n'aient pas sincèrement cru à leur message. Mais s'ils y croyaient, ils n'auraient certainement pas pu voler et disposer du corps de Christ. Un avocat pénaliste renommé, qui a enseigné aux étudiants en droit de Harvard comment rechercher les faiblesses des témoins, a fait cette remarque à propos des disciples : 

« Les annales de la guerre militaire offrent à peine un exemple d'une constance héroïque, d'une patience et d'un courage inébranlable. Ils avaient toutes les raisons possibles d'examiner attentivement les fondements de leur foi et les preuves des grands faits et vérités qu'ils affirmaient »

Feuille verte. 1874. Un examen du témoignage des quatre évangélistes par les règles de preuve administrées dans les cours de justice. p.29 

Lié à cela est le silence des ennemis des disciples – juifs ou romains. Ces témoins hostiles n'ont jamais sérieusement tenté de raconter la « vraie » histoire, ou de montrer comment les disciples se trompaient. Comme le dit le Dr Montgomery, 

"Cela souligne la fiabilité du témoignage de la résurrection du Christ qui a été présenté en même temps dans les synagogues - au milieu de l'opposition, parmi des contre-interrogateurs hostiles qui auraient certainement détruit l'affaire... si les faits avaient été autrement"

Montgomery. 1975. Raisonnement juridique et apologétique chrétienne. p.88-89

Nous n'avons pas la place d'examiner toutes les facettes de cette question. Cependant, l'audace inébranlable des disciples et le silence des autorités hostiles contemporaines en disent long sur le fait que le Christ est ressuscité et qu'il vaut la peine de faire un examen sérieux et réfléchi. Une façon de le faire est de le comprendre dans son contexte biblique. Un excellent point de départ sont les Signes d'Abraham et de Moïse. Bien qu'ils aient vécu plus de mille ans avant Jésus, leurs expériences étaient des prédictions prophétiques de la mort et de la résurrection de Jésus. 

Quels sont les Dix Commandements ? Qu'enseignent-ils ?

Moïse a écrit les cinq premiers livres de la Bible qui décrit ta naissance de la nation israélite il y a des milliers d'années. La mission de Moïse était de donner naissance à cette nation pour qu'elle devienne une lumière pour les nations environnantes. Moïse a commencé par sortir les Israélites (ou Juifs) de l'esclavage en Égypte grâce à un sauvetage connu sous le nom de Pâque – où Dieu a libéré les Israélites en une voie qui indiquait une délivrance future pour toute l'humanité. Mais l'appel de Moïse n'était pas seulement de sortir les Israélites de l'esclavage égyptien, mais aussi de les conduire vers un nouveau mode de vie. Ainsi, cinquante jours après la Pâque qui a sauvé les Israélites, Moïse les a conduits au mont Sinaï où ils ont reçu la loi.

Mont Sinaï - Wikipédia
Mont Sinaï

Alors, quels commandements Moïse a-t-il reçus ? Bien que la loi complète ait été assez longue, Moïse a d'abord reçu un ensemble de commandements moraux spécifiques écrits par Dieu sur des tables de pierre, connus sous le nom de Dix Commandements. Ces Dix formaient le résumé de la Loi – les préalables moraux avant tous les autres. Les Dix Commandements sont la puissance active de Dieu pour nous persuader de se repentir. C'est ce que nous examinons dans cet article.

Les Dix Commandements

Voici les dix commandements tels qu'écrits par Dieu sur la pierre puis enregistrés par Moïse dans le livre de l'Exode de la Bible.

Et Dieu prononça toutes ces paroles :

«Je suis le Lord ton Dieu, qui t'a fait sortir d'Egypte, du pays de servitude.

« Tu n'auras pas d'autres dieux devant moi.

« Tu ne te feras pas d'image sous la forme de quoi que ce soit dans le ciel en haut ou sur la terre en bas ou dans les eaux en bas. Vous ne devez pas vous prosterner devant eux ni les adorer ; pour moi, le Lord ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, punissant les enfants pour le péché des parents jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, mais montrant de l'amour à mille générations de ceux qui m'aiment et gardent mes commandements.

« Vous ne devez pas abuser du nom du Lord ton Dieu, pour le Lord ne tiendra pas innocent quiconque abuse de son nom.

« Souvenez-vous du jour du sabbat en le sanctifiant. Tu travailleras six jours et tu feras tout ton travail, 10 mais le septième jour est un sabbat pour les Lord ton Dieu. Vous n'y ferez aucun travail, ni vous, ni votre fils ou votre fille, ni votre serviteur ou servante, ni vos animaux, ni aucun étranger résidant dans vos villes. 11 Car dans six jours le Lord a fait les cieux et la terre, la mer et tout ce qui s'y trouve, mais il s'est reposé le septième jour. Par conséquent, la Lord bénit le jour du sabbat et le sanctifia.

12 « Honore ton père et ta mère, afin que tu vives longtemps dans le pays Lord votre Dieu vous donne.

13 « Tu ne tueras pas.

14 "Tu ne doit pas commettre d'adultère.

15 « Vous ne volerez pas.

16 « Tu ne feras pas de faux témoignage contre ton prochain.

17 « Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain. Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni sa servante ou son serviteur, ni son bœuf ou son âne, ni quoi que ce soit qui appartienne à ton prochain.

Exode20:1-18

La norme des dix commandements

Aujourd'hui on oublie parfois qu'il s'agissait commandes. Ce n'étaient pas des suggestions. Ce n'étaient pas des recommandations. Mais dans quelle mesure devons-nous obéir à ces commandements ? Le verset suivant vient juste Eux avant nous le don des dix commandements

Alors Moïse monta vers Dieu, et le Lord l'appela de la montagne et lui dit : « … Maintenant si tu obéis-moi pleinement et gardez mon alliance, alors de toutes les nations vous serez mon bien le plus précieux. (Exode19:3,5)

Cela a été donné juste après les dix Commandements

Puis il prit le Livre de l'Alliance et le lut au peuple. Ils ont répondu : « Nous allons faire tout le Lord a dit; nous obéirons. (Exode24:7)

Réfléchissons à cela. Parfois, lors de mes examens scolaires, le professeur nous a donné plusieurs questions (par exemple 20) mais a ensuite exigé seulement quelques des questions auxquelles il faut répondre. Nous pourrions, par exemple, choisir 15 questions sur les 20 auxquelles répondre. Chaque élève choisirait les 15 questions les plus faciles à répondre. De cette façon, le professeur a rendu l'examen plus facile.

Beaucoup de gens traitent les Dix Commandements de la même manière. Ils pensent que Dieu, après avoir donné les Dix Commandements, voulait dire : "Essayez six de votre choix parmi ces Dix". Nous pensons ainsi parce que nous imaginons instinctivement que Dieu équilibre nos « bonnes actions » contre nos « mauvaises actions ». Si nos bons mérites l'emportent ou annulent nos mauvaises imperfections, nous espérons que cela suffira pour gagner la faveur de Dieu ou obtenir un laissez-passer pour le ciel. Pour cette même raison, beaucoup d'entre nous essaient de gagner du mérite religieux par des activités religieuses comme aller à l'église, à la mosquée ou au temple, prier, jeûner et donner de l'argent aux pauvres. Espérons que ces actes compensent les moments où nous désobéissons à l'un des dix commandements.

Cependant, une lecture honnête des Dix Commandements montre que ce n'est pas ainsi qu'il a été donné. Les gens doivent obéir et garder TOUTES les commandes – tout le temps. La simple difficulté d'accomplir cela a poussé beaucoup de gens à se rebeller contre les Dix Commandements. Le célèbre athée Christopher Hitchens a attaqué les Dix Commandements pour cette raison :

 « … viennent ensuite les quatre fameux 'shalt nots' qui interdisent catégoriquement le meurtre, l'adultère, le vol et le faux témoignage. Enfin, il y a l'interdiction de la convoitise, interdisant le désir de 'vos voisins'… les biens mobiliers. … Au lieu de la condamnation des mauvaises actions, il y a une condamnation étrangement formulée des pensées impures…. Il exige l'impossible…. On peut être retenu par la force d'actions mauvaises…, mais interdire aux gens de les contempler, c'est trop…. Si Dieu voulait vraiment que les gens soient libres de telles pensées, il aurait dû prendre plus soin d'inventer une espèce différente.  Christophe Hitchens. 2007. Dieu n'est pas grand : comment la religion gâte tout. P.99-100

Christopher Hitchens — Wikipédia
Christopher Hitchens

Pourquoi Dieu a-t-il donné les dix commandements ?

Mais penser soit que Dieu peut accepter un effort de plus de 50%, soit que Dieu a fait une erreur en exigeant l'impossible, c'est mal comprendre le but des Dix Commandements. Les dix commandements ont été donnés pour nous aider à identifier notre problème.

Illustrons par un exemple. Supposons que vous ayez fait une chute brutale au sol et que votre bras vous fasse très mal, mais que vous n'êtes pas sûr des dommages internes. L'os de votre bras est-il cassé ou non ? Vous ne savez pas si cela va simplement s'améliorer ou si vous avez besoin d'un plâtre sur votre bras. Donc, vous prenez une radiographie de votre bras et l'image radiographique révèle que, oui, en effet, l'os de votre bras est cassé. La radiographie guérit-elle votre bras? Votre bras va-t-il mieux grâce à la radiographie ? Non, ton bras est toujours cassé, mais maintenant tu savoir qu'il est en effet cassé, et qu'il faut lui mettre un plâtre pour guérir. La radiographie n'a pas résolu le problème, mais l'a plutôt exposé afin que vous receviez un traitement approprié.

Les commandements révèlent le péché

De la même manière, les Dix Commandements ont été donnés afin qu'un problème au plus profond de nous puisse être révélé – notre péché. Pécher littéralement signifie "manquer" la cible de ce que Dieu attend de nous dans la façon dont nous traitons les autres, nous-mêmes et Dieu. La Bible dit que

Le Seigneur regarde du ciel
sur toute l'humanité
pour voir s'il y en a qui comprennent,
quiconque cherche Dieu.
Tous se sont détournés, tous se sont corrompus ;
il n'y a personne qui fasse le bien,
pas un seul. (Psaume 14:2-3)

Nous avons tous ça problème de corruption intérieure du péché. C'est tellement grave que Dieu dit de nos « bonnes actions » (qui, nous l'espérons, annuleront nos péchés) que

Nous sommes tous devenus comme un impur,
et un tous nos actes justes sont comme des chiffons sales;
nous nous ratatinons tous comme une feuille,
et comme le vent nos péchés nous emportent. (Ésaïe 64:6)

Notre juste mérite dans les observances religieuses ou le fait d'aider les autres ne compte que comme des "chiffons sales" lorsqu'ils sont mis en balance avec nos péchés.

Mais au lieu de reconnaître notre problème, nous avons tendance soit à nous comparer aux autres (et donc à nous mesurer par rapport à la mauvaise norme), à ​​nous efforcer davantage d'obtenir des mérites religieux, soit à abandonner et à ne vivre que pour le plaisir. C'est pourquoi Dieu a institué les Dix Commandements afin que :

C'est pourquoi personne ne sera déclaré juste aux yeux de Dieu par les oeuvres de la loi; plutôt, par la loi nous devenons conscients de notre péché. (Romains 3:20)

Si nous examinons nos vies et voyons notre péché par rapport au standard des Dix Commandements, c'est comme regarder une radiographie qui montre l'os cassé de notre bras. Les Dix Commandements ne «résolvent» pas notre problème, mais le révèlent clairement afin que nous acceptions le remède que Dieu a fourni. Au lieu de continuer à nous tromper, la Loi nous permet de nous voir avec précision.

Don de Dieu donné dans la repentance

Le remède que Dieu a fourni est le don du pardon des péchés par le mort et la résurrection de Jésus-Christ – expliqué plus en détail ici. Ce Don de la vie nous est simplement donné si nous faisons confiance ou avons foi en Son œuvre.

savoir qu'une personne n'est pas justifiée par les oeuvres du droit, mais par la foi en Jésus-Christ. Ainsi, nous aussi, nous avons mis notre foi en Jésus-Christ afin que nous soyons justifiés par la foi en Christ et non par les oeuvres des droit, parce que par les travaux du droit personne ne sera justifié. (Galates 2:16)

Comme unBraham a été justifié devant Dieu nous aussi pouvons recevoir la justice. Mais cela exige que nous se repentir. Se repentir signifie 'changer d'avis' impliquant un tournant loin du péché un se tourner vers Dieu et le Don qu'Il offre. Comme la Bible l'explique :

Se repentir, puis, et revenez à Dieu, afin que vos péchés soient effacés, afin que des temps de rafraîchissement viennent du Seigneur, (Actes 3:19)

La promesse pour vous et moi est que si nous nous repentons, en nous tournant vers Dieu, nos péchés ne seront pas comptés contre nous et nous recevrons la Vie.

Parallèlement à cette première Pâque et au test d'Abraham qui ont révélé la signature de Dieu dans Son plan pour nous, le jour spécifique où les Dix Commandements ont été donnés à Moïse indique également la venue de l'Esprit de Dieu pour nous habiter - nous donnant la capacité de suivre Dieu d'une manière que nous ne pouvons pas faire seuls.

La Bible est-elle textuellement fiable ? Ou a-t-il été corrompu ?

La critique textuelle et la Bible

À notre époque scientifique et instruite, nous remettons en question bon nombre des croyances non scientifiques des générations précédentes. Ce scepticisme est particulièrement vrai de la Bible. Beaucoup d'entre nous remettent en question la fiabilité de la Bible. Cela découle de ce que nous savons de la Bible. Après tout, la Bible a été écrite il y a plus de deux mille ans. Pendant la majeure partie de ces millénaires, il n'y a pas eu d'imprimerie, de photocopieuses ou de maisons d'édition. Ainsi, les manuscrits originaux ont été copiés à la main, génération après génération, au fur et à mesure que les langues s'éteignaient et que de nouvelles apparaissaient, que les empires changeaient et que de nouvelles puissances montaient. Puisque les manuscrits originaux ont été perdus depuis longtemps, comment savons-nous que ce que nous lisons aujourd'hui dans la Bible est ce que les auteurs originaux ont réellement écrit ? Ou la Bible a-t-elle été modifiée ou corrompue, peut-être par des dirigeants de l'église, ou des prêtres et des moines qui souhaitaient modifier son message en fonction de leurs objectifs ?

Principes de la critique textuelle

Naturellement, cette question est vraie de toute écriture ancienne. La chronologie ci-dessous illustre le processus par lequel toute écriture ancienne a été préservée au fil du temps. Il montre un exemple de document ancien écrit 500 avant JC (cette date choisie au hasard). Cet original ne dure cependant pas indéfiniment, donc avant qu'il ne se décompose, ne soit perdu ou détruit, une copie manuscrite en est faite (1st copie). Une classe professionnelle de personnes appelées scribes fait le travail de copie. Au fil des années, des copies sont faites de la copie (2nd copie & 3rd copie). À un moment donné, une copie est conservée de sorte qu'elle existe aujourd'hui (3rd copie). Dans notre exemple, cette copie existante a été écrite 500 après JC. Cela signifie que le plus tôt que nous pouvons connaître de l'état du document n'est qu'à partir de 500 après JC. Par conséquent, la période de 500 avant JC à 500 après JC (étiquetée x dans le diagramme) est la période où nous ne pouvons faire aucune vérification de copie puisque tous les manuscrits de cette période ont disparu. Par exemple, si des erreurs de copie (intentionnelles ou autres) ont été commises lorsque le

2nd copie a été fabriqué à partir du 1st copie, nous ne serions pas en mesure de les détecter car aucun de ces documents n'est disponible pour être comparé. Cette période antérieure aux copies actuellement existantes (la période x) est donc l'intervalle d'incertitude textuelle. Par conséquent, un principe utilisé pour répondre aux questions de fiabilité textuelle est de s'intéresser à la durée de cet intervalle de temps. Plus cet intervalle est court ('X' dans le diagramme), plus nous accordons de confiance dans la conservation précise du document jusqu'à nos jours, car la période d'incertitude est réduite.

Bien sûr, il existe généralement plus d'une copie manuscrite d'un document aujourd'hui. Supposons que nous ayons deux de ces copies manuscrites et que, dans la même section de chacune d'elles, nous trouvions la phrase suivante :

L'auteur original avait soit écrit sur Joan OU environ John, et l'autre de ces manuscrits contient une erreur de copie. La question est - Lequel a l'erreur ? À partir des manuscrits disponibles, il est très difficile de déterminer.

Supposons maintenant que nous trouvions deux autres copies manuscrites du même ouvrage, comme indiqué ci-dessous :

Maintenant, il est plus facile de déduire quel manuscrit contient l'erreur. Il est plus probable que l'erreur soit commise une fois, plutôt que la même erreur répétée trois fois, il est donc probable que le manuscrit #2 comporte l'erreur de copie et que l'auteur écrivait à propos de Joan, Pas John.

Cet exemple simple illustre un deuxième principe utilisé pour vérifier l'intégrité du manuscrit - Plus il y a de manuscrits existants disponibles, plus il est facile de détecter et de corriger les erreurs et d'évaluer le contenu de l'original.

Critique textuelle des écrits gréco-romains classiques par rapport au Nouveau Testament

Nous disposons maintenant de deux indicateurs factuels utilisés pour déterminer la fiabilité textuelle des documents anciens : 1) mesurer le temps entre la composition originale et les premières copies manuscrites existantes, et 2) compter le nombre de copies manuscrites existantes. Étant donné que ces indicateurs se rapportent à toute écriture ancienne, nous pouvons procéder à leur application aux œuvres acceptées de l'histoire, comme cela est fait dans les tableaux ci-dessous (1).

AuthorLorsqu'il est écritCopie la plus ancienneDurée
César50 BC900 AD95010
Plat350 BC900 AD12507
Aristote*300 BC1100 AD14005
Thucydide400 BC900 AD13008
Hérodote400 BC900 AD13008
Sophocle400 BC1000 AD1400100
Tacite100 AD1100 AD100020
Pline100 AD850 AD7507

* de n'importe quelle œuvre

Ces écrivains représentent les principaux écrivains classiques de l'Antiquité - les écrits qui ont façonné le développement de la civilisation occidentale. En moyenne, ils nous ont été transmis par 10 à 100 manuscrits qui ne sont conservés qu'environ 1000 ans après la rédaction de l'original. D'un point de vue scientifique, ces données peuvent être considérées comme notre expérience de contrôle car elles comprennent des données (histoire classique et philosophie) qui sont acceptées et utilisées par les universitaires et les universitaires du monde entier.

Le tableau suivant compare les écrits du Nouveau Testament selon ces critères (2). Cela peut être considéré comme nos données expérimentales qui seront comparées à nos données de contrôle, comme dans toute enquête scientifique.

MSSLorsqu'il est écritDate du SMSDurée
John Rylan90 AD130 AD40 ans
Papyrus Bodmer90 AD150-200 AD110 ans
Chester Beatty60 AD200 AD20 ans
Codex Vaticanus60-90 AD325 AD265 ans
Codex Sinaiticus60-90 AD350 AD290 ans

Ce tableau donne juste un bref aperçu de certains des manuscrits existants. Le nombre de manuscrits du Nouveau Testament est si vaste qu'il serait impossible de tous les énumérer dans un tableau. Comme le dit un chercheur (3) qui a passé des années à étudier cette question :

"Nous avons plus de 24000 643 copies MSS de portions du Nouveau Testament qui existent aujourd'hui... Aucun autre document de l'Antiquité ne commence même à approcher de tels nombres et attestations. En comparaison, l'ILIAD d'Homère est deuxième avec XNUMX MSS qui survivent encore »

Un érudit éminent du British Museum (4) corrobore ceci :

"Les érudits sont convaincus qu'ils possèdent substantiellement le vrai texte des principaux écrivains grecs et romains... pourtant notre connaissance de leurs écrits dépend d'une simple poignée de MSS alors que les MSS du NT sont comptés par... des milliers"

Critique textuelle du Nouveau Testament et Constantin

Et un nombre important de ces manuscrits sont extrêmement anciens. Je possède un livre sur les premiers documents du Nouveau Testament. L'Introduction commence par :

« Ce livre fournit des transcriptions de 69 des premiers manuscrits du Nouveau Testament… datés du début du 2nd siècle au début du 4th (100-300AD) … contenant environ 2/3 du texte du Nouveau Testament » (5)

Ceci est important puisque ces manuscrits sont antérieurs à l'empereur romain Constantin (vers 325 après JC) et à la montée au pouvoir de l'Église catholique, qui sont parfois accusés d'altérer le texte biblique. Nous pouvons en fait tester cette affirmation en comparant les textes d'avant Constantin (puisque nous les avons) avec ceux qui viennent plus tard. Lorsque nous le faisons, nous constatons qu'ils sont identiques. Le message des textes de 200 AD est le même que ceux de 1200 AD. Ni l'Église catholique, ni Constantin n'ont changé la Bible. Ce n'est pas une déclaration religieuse, c'est une déclaration basée uniquement sur des données scientifiques. La figure ci-dessous illustre la chronologie des manuscrits à partir desquels le Nouveau Testament de la Bible est basé.

Implications de la critique textuelle de la Bible

Alors que pouvons-nous en conclure ? Certes, au moins dans ce que nous pouvons objectivement mesurer, le Nouveau Testament est vérifié à un degré beaucoup plus élevé que tout autre ouvrage classique. Le verdict auquel nous poussent les preuves se résume le mieux par ce qui suit (6) :

"Être sceptique quant au texte résultant du Nouveau Testament, c'est permettre à toute l'antiquité classique de glisser dans l'obscurité, car aucun autre document de la période antique n'est aussi bien attesté bibliographiquement que le Nouveau Testament"

Ce que dit cet universitaire, c'est que pour être cohérent, si nous décidons de douter de la fiabilité de la préservation de la Bible, nous devrions écarter tout ce que nous savons sur l'histoire classique en général - et cela, aucun historien averti ne l'a jamais fait. Nous savons que les textes bibliques n'ont pas été modifiés au fur et à mesure que les époques, les langues et les empires sont venus et ont disparu parce que les premiers MSS existants sont antérieurs à ces événements. Par exemple, nous savons qu'aucun moine médiéval trop zélé n'a ajouté les miracles de Jésus au récit biblique, puisque nous avons des manuscrits antérieurs aux moines médiévaux et que tous ces manuscrits antérieurs contiennent également les récits miraculeux de Jésus.

Qu'en est-il de la traduction de la Bible ?

Mais qu'en est-il des erreurs de traduction et du fait qu'il existe aujourd'hui tant de versions différentes de la Bible ? Cela ne montre-t-il pas qu'il est impossible de déterminer avec précision ce que les auteurs originaux ont réellement écrit ?

Nous devons d'abord dissiper une idée fausse commune. Beaucoup de gens pensent que la Bible d'aujourd'hui est passée par une longue série d'étapes de traduction, chaque nouvelle langue étant traduite à partir de la précédente, une série quelque chose comme ceci : grec -> latin -> anglais médiéval -> anglais shakespearien -> anglais moderne -> autres langues modernes. En fait, les Bibles dans toutes les langues d'aujourd'hui sont traduites directement à partir de la langue d'origine. Pour le Nouveau Testament, la traduction est : grec -> langue moderne, et pour l'Ancien Testament, la traduction est hébreu -> langue moderne. Les textes grecs et hébreux de base sont standard. Ainsi, les différences entre les versions de la Bible proviennent de la façon dont les linguistes choisissent de traduire les phrases dans la langue du récepteur.

En raison de la vaste littérature classique écrite en grec (langue originale du Nouveau Testament), il est devenu possible de traduire avec précision les pensées et les paroles originales des auteurs originaux. D'ailleurs les différentes versions modernes en attestent. Par exemple, lisez ce verset bien connu dans les versions les plus courantes et notez la légère variation dans la formulation, mais la cohérence dans l'idée et le sens :

Car le salaire du péché, c'est la mort, mais le don de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.

Romains 6: 23

Vous pouvez voir qu'il n'y a pas de désaccord entre les traductions - elles disent exactement la même chose avec une utilisation des mots légèrement différente.

Pour résumer, ni le temps ni la traduction n'ont corrompu les idées et les pensées exprimées dans les manuscrits bibliques originaux pour nous les cacher aujourd'hui. Nous pouvons savoir que la Bible d'aujourd'hui lit avec précision ce que les auteurs ont réellement écrit à l'époque. Il est textuellement fiable. Il est important de réaliser ce que cette étude fait et ne montre pas. Cela ne prouve pas que la Bible soit nécessairement la Parole de Dieu. On peut affirmer que bien que les idées originales des auteurs bibliques nous aient été transmises avec précision aujourd'hui, cela ne prouve ni n'indique que ces idées originales aient jamais été correctes au départ (ou même qu'elles viennent de Dieu). Assez vrai. Mais comprendre la fiabilité textuelle de la Bible fournit un point de départ à partir duquel on peut commencer à enquêter sérieusement sur la Bible pour voir si certaines de ces autres questions peuvent également trouver une réponse, et pour s'informer sur quel est son message. La Bible affirme que son message est une bénédiction de Dieu. Et s'il y a une chance que cela soit vrai ? Prenez le temps d'apprendre certains des événements importants de la Bible expliqués dans ce site Web. 

1. Tiré de McDowell, J. Preuve qui exige un verdict. 1979. p. 42-48

2. Confort, TP L'origine de la Bible, 1992. p. 193

3. McDowell, J. Preuve qui exige un verdict. 1979. p. 40

4. Kenyon, FG (ancien directeur du British Museum) Notre Bible et les anciens manuscrits. 1941 p.23

  5. Comfort, PW "Le texte des premiers manuscrits grecs du Nouveau Testament". p. 17. 2001

6. Montgomery, Histoire et christianisme. 1971. p.29

Comment les détails de la mort de Christ ont-ils été prophétisés ?

La « coupure » du Christ Prédite en détail par les prophètes de l'Ancien Testament

Dans notre le chargement après nous avons vu que Daniel avait prédit que le 'Christ' serait 'couper' après un cycle spécifié d'années. Cette prédiction de Daniel s'est accomplie dans l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem - là présentée comme la Christchurch – exactement 173 880 jours après la publication du décret persan de restauration de Jérusalem. La phrase 'couper' fait référence à l'imagerie d'Isaïe de la Branche jaillissant de la souche apparemment morte. Mais que voulait-il dire par là ?

Isaiah est montré dans la chronologie historique. Il a vécu à l'époque du règne des rois davidiques

Isaiah est montré dans la chronologie historique. Il a vécu à l'époque du règne des rois davidiques

Esaïe avait également écrit d'autres prophéties dans son livre, utilisant d'autres thèmes que celui de la branche. L'un de ces thèmes portait sur la venue Serviteur. Qui était-ce 'Serviteur'? Qu'allait-il faire ? Examinons en détail un long passage. Je le reproduis exactement et intégralement ci-dessous, en n'insérant que quelques commentaires de ma part.

Le serviteur qui vient. Le passage complet d'Esaïe 52:13-53:12

Vois, mon serviteur agira sagement[a];
    il sera ressuscité et élevé et hautement exalté.
14 Tout comme il y en avait beaucoup qui étaient consternés par lui[b]-
    son apparence était si défigurée au-delà de celle de tout être humain
    et sa forme gâchée au-delà de la ressemblance humaine -
15 ainsi il aspergera de nombreuses nations,[c]
    et les rois fermeront la bouche à cause de lui.
Pour ce qu'on ne leur a pas dit, ils verront,
    et ce qu'ils n'ont pas entendu, ils le comprendront.

Isaïe 52: 13-15

Nous savons que ce Serviteur sera un homme, car Isaïe se réfère à le serviteur comme 'il', 'lui', 'son', et décrit spécifiquement des événements futurs (à partir des expressions 'agira...', 'sera ressuscité...' et ainsi de suite), il s'agit donc d'une prophétie explicite. Mais de quoi parlait la prophétie ?

Lorsque les prêtres juifs offraient des sacrifices pour les Israélites, ils les aspergeaient du sang du sacrifice - symbolisant que leurs péchés étaient couverts et ne seraient pas retenus contre eux. Mais ici il est dit que le Serviteur aspergera 'beaucoup de nations', donc Isaïe dit que d'une manière similaire ce Serviteur fournira également les non-juifs pour leurs péchés comme les prêtres de l'Ancien Testament l'ont fait pour les fidèles juifs. Ceci est parallèle à la prédiction de Zacharie que la branche serait un prêtre, unissant les rôles de roi et de prêtre, car seuls les prêtres pouvaient asperger le sang. Cette portée mondiale de « plusieurs nations » suit ces promesses historiques et vérifiables faites des siècles plus tôt à Abraham, que 'toutes les nations' seront bénies par sa progéniture.

Mais en aspergeant les nombreuses nations le plus 'apparence' et un  'formulaire' du Serviteur devrait être 'défiguré' et un  'gâché'. Et bien qu'il ne soit pas évident de savoir ce que le Serviteur fera, un jour les nations 'comprendront'.

Qui a cru notre message
    et à qui le bras du Seigneur a-t-il été révélé ?
Il a grandi devant lui comme une pousse tendre,
    et comme une racine hors de la terre sèche.
Il n'avait ni beauté ni majesté pour nous attirer à lui,
    rien dans son apparence que nous devrions le désirer.
Il a été méprisé et rejeté par l'humanité,
    un homme de souffrance et habitué à la douleur.
Comme quelqu'un à qui les gens cachent leur visage
    il était méprisé, et nous le tenions en piètre estime.

Isaïe 53: 1-3

Même si le Serviteur arrosait de nombreuses nations, il serait aussi 'méprisé' et un  'rejeté', plein de 'Souffrance' et un  "familier avec la douleur".

Il a sûrement pris notre peine
    et a porté nos souffrances,
pourtant nous le considérions comme puni par Dieu,
    frappé par lui, et affligé.
Mais il a été transpercé pour nos transgressions,
    il a été écrasé pour nos iniquités ;
le châtiment qui nous a apporté la paix était sur lui,
    et par ses blessures nous sommes guéris. 

Isaïe 53: 4-5

Le Serviteur prendra 'notre' douleur. Ce Serviteur sera également 'percé' et 'écrasé' en 'punition'. Cette punition nous apportera (ceux des nombreuses nations) la « paix » et nous guérira.

J'écris ceci le Vendredi Saint. Des sources laïques et bibliques nous disent que ce jour-là, il y a environ 2000 ans (mais toujours plus de 700 ans après qu'Isaïe ait écrit cette prédiction), Jésus a été crucifié. Ce faisant, il était littéralement percé, comme Isaïe l'avait prédit, le Serviteur serait percé, avec les clous de la crucifixion.

Nous nous sommes tous, comme des moutons, égarés,
    chacun de nous s'est engagé dans sa propre voie ;
et le Seigneur a mis sur lui
    l'iniquité de nous tous. 

Isaiah 53: 6

Nous avons vu dans Corrompu… rater la cible, qu'une définition biblique du péché est « rater la cible visée ». Comme une flèche courbée, nous suivons notre « propre chemin ». Ce Serviteur portera ce même péché (iniquité) que nous avons engendré.

Il était opprimé et affligé,
    pourtant il n'ouvrit pas la bouche ;
il a été conduit comme un agneau à l'abattoir,
    et comme une brebis devant ses tondeurs se tait,
    alors il n'a pas ouvert la bouche. 

Isaiah 53: 7

Le Serviteur sera comme un agneau qui va à « l'abattoir ». Mais il ne protestera pas ni même « n'ouvrira la bouche ». Nous avons vu dans le Signe d'Abraham qu'un bélier a été substitué au fils d'Abraham. Ce bélier – un agneau – a été abattu. Et Jésus fut tué au même endroit (Mont Moriah = Jérusalem). Nous avons vu à la Pâque qu'un agneau a été abattu à la Pâque - et Jésus a aussi été tué à la Pâque.

Par l'oppression et le jugement, il a été enlevé.
    Pourtant, qui de sa génération a protesté ?
Car il a été retranché du pays des vivants;
    pour la transgression de mon peuple, il a été puni.

Isaiah 53: 8

Ce serviteur est 'couper" du " pays des vivants ". C'est exactement le terme utilisé par Daniel quand il a prédit ce qui arriverait au Christ après qu'il ait été présenté à Israël comme leur Messie. Isaïe prédit plus en détail que « retranché » signifie « retranché du pays des vivants », c'est-à-dire la mort ! Ainsi, en ce vendredi saint fatidique, Jésus est mort, littéralement « coupé de la terre des vivants », quelques jours seulement après avoir été présenté comme le Messie dans son entrée triomphale.

On lui a assigné une tombe avec les méchants,
    et avec les riches dans sa mort,
bien qu'il n'ait fait aucune violence,
    et il n'y avait aucune tromperie dans sa bouche.

Isaiah 53:9

Bien que Jésus ait été exécuté et qu'il soit mort en tant que criminel ("assigné une tombe avec les méchants"), les auteurs de l'évangile nous disent qu'un homme riche du Sanhédrin au pouvoir, Joseph d'Arimathie, a pris le corps de Jésus et l'a enterré dans sa propre tombe (Matthieu 27:60). Jésus a littéralement accompli les deux côtés de la prédiction paradoxale - bien qu'il ait été «assigné une tombe avec les méchants», il était aussi «avec les riches dans sa mort».

Pourtant, c'était la volonté du Seigneur de l'écraser et de le faire souffrir,
    et bien que le Seigneur fasse de sa vie une offrande pour le péché,
il verra sa postérité et prolongera ses jours,
    et la volonté du Seigneur prospérera entre ses mains.

Esaïe53:10

Toute cette mort cruelle n'était pas un accident ou un malheur terrible. C'était explicitement « la volonté de l'Éternel » de l'écraser. Mais pourquoi? Tout comme les agneaux dans le système sacrificiel de Moïse étaient des offrandes pour le péché afin que la personne qui offrait le sacrifice puisse être tenue pour innocente, ici la « vie » de ce Serviteur est aussi une « offrande pour le péché ». Pour le péché de qui ? Etant donné que 'plusieurs nations' seraient 'aspergées' (ci-dessus), c'est le péché des peuples dans les 'plusieurs nations'. Ces « tous » qui se sont « détournés » et « égarés ». Isaiah parle de toi et moi.

Après avoir souffert,
    il verra la lumière de la vie et sera satisfait ;
par sa connaissance, mon serviteur juste en justifiera beaucoup,
    et il portera leurs iniquités.

Isaiah 53: 11

Si le passage du Serviteur est horrible, ici il change de ton et devient très optimiste voire triomphant. Après cette terrible souffrance (d'être 'coupé de la terre des vivants' et assigné 'une tombe'), ce Serviteur verra 'la lumière de la vie'. Il reviendra à la vie ?! j'ai regardé le question de la résurrection. Ici c'est prédit.

Et en « voyant ainsi la lumière de la vie », ce Serviteur en « justifiera » beaucoup. « Justifier » revient à donner la « justice ». Rappelez-vous qu'Abraham a été « crédité » ou qu'il a reçu la « justice ». De la même manière, ce Serviteur justifiera, ou créditera, la justice à « beaucoup ».

C'est pourquoi je lui donnerai une part parmi les grands,
    et il partagera le butin avec les forts,
parce qu'il a donné sa vie à la mort,
    et a été compté avec les transgresseurs.
Car il a porté le péché de plusieurs,
    et a intercédé pour les transgresseurs.

Isaiah 53: 12

Le passage du Serviteur pointe si mystérieusement vers la crucifixion et la résurrection de Jésus que certains critiques disent que les récits de l'évangile ont été créés spécifiquement pour « s'adapter » à ce passage du Serviteur. Mais dans sa conclusion Isaiah défie ces critiques. La conclusion n'est pas une prédiction de la crucifixion et de la résurrection en tant que telles, mais de l'impact de cette mort bien des années après. Et que prédit Isaïe ? Ce Serviteur, bien qu'il mourra comme un criminel, sera un jour parmi les 'génial'. Les auteurs des évangiles n'ont pas pu adapter cette partie aux récits évangéliques, car les évangiles n'ont été écrits que quelques décennies après la crucifixion de Jésus – lorsque l'impact de la mort de Jésus était encore incertain. Aux yeux du monde, Jésus était encore le chef exécuté d'un culte rejeté lorsque les évangiles ont été écrits. Nous nous asseyons maintenant 2000 ans plus tard et voyons l'impact de sa mort et réalisons comment au cours de l'histoire cela l'a rendu "grand". Les auteurs des évangiles n'auraient pas pu prévoir cela. Mais Isaïe l'a fait. Le Serviteur, aussi connu sous le nom de Germe, par son sacrifice volontaire commencerait à attirer les gens à lui – même à l'adorer – comme Jésus l'avait prédit lorsqu'il s'appelait le « Fils de l'homme » lors de son procès devant le Sanhédrin.

L'Évangile à travers l'objectif de COVID-19, la quarantaine et les vaccins

Le nouveau coronavirus, ou COVID-19, est apparu en Chine vers la fin de 2019. Quelques mois plus tard, il fait rage dans le monde entier, infectant plus de 4000000 personnes, en tuant plus de 280000 et se propageant dans tous les pays.

La propagation ultra-rapide du COVID-19 a semé la peur dans le monde entier. Les gens ne savent pas quoi faire à la lumière de cette épidémie mondiale de maladies infectieuses. Mais les professionnels de la santé disent que le succès de la maîtrise du COVID-19 dépend d'une seule grande stratégie - la distanciation sociale ou quarantaine. Cela a amené les autorités du monde entier à mettre en place des règles de verrouillage et d'isolement. Dans la plupart des endroits, les gens ne peuvent pas se réunir en grands groupes, doivent se tenir à au moins deux mètres des autres – et si vous avez été en contact avec une personne testée positive pour le coronavirus, vous devez vous isoler complètement de tout contact avec les autres. 

Simultanément, les chercheurs en médecine se précipitent pour trouver un vaccin. La stratégie est qu'une fois qu'un vaccin est développé, il peut être injecté à des personnes afin que leur corps puisse développer une résistance au coronavirus. 

Ces procédures extrêmes pour isoler, mettre en quarantaine et développer un vaccin contre le coronavirus, fournissent une illustration vivante d'une autre procédure pour traiter un virus différent - un virus spirituel. Cette procédure est au cœur de la mission de Jésus et de son Evangile du Royaume des Cieux. Si le coronavirus est si préoccupant que les sociétés du monde entier prennent des mesures drastiques pour comprendre le coronavirus et protéger leurs citoyens, alors peut-être vaut-il la peine de comprendre également cette contrepartie spirituelle, afin que nous ne soyons pas pris au dépourvu par cette menace. La pandémie de COVID-19 est instructive pour comprendre l'évangile en termes de péché, de paradis, d'enfer, mais aussi de mission de Jésus.

D'abord la maladie infectieuse...

Une infection mortelle et contagieuse.

Tout comme COVID-19 n'est pas agréable à penser mais ne peut être évité, la Bible parle beaucoup du péché et de ses conséquences - un autre sujet que nous préférons éviter. Une image que la Bible utilise pour décrire le péché est celle d'une maladie infectieuse qui s'est propagée et tue la race humaine.

C'est pourquoi, de même que le péché est entré dans le monde par un seul homme, et la mort par le péché, et ainsi la mort est venue à tous les hommes, parce que tous ont péché. 

Romains 5: 12

Nous sommes tous devenus comme un impur,
    et tous nos actes justes sont comme des haillons sales ;
nous nous ratatinons tous comme une feuille,
    et comme le vent nos péchés nous emportent. 

Isaiah 64: 6

Les épidémies sont des maladies mais ne sont pas la cause de la maladie. Par exemple, le SIDA est la maladie ; Le VIH est le virus qui cause la maladie. Le SRAS est la maladie; Le SRAS Coronavirus-1 est le virus qui cause la maladie. La maladie actuelle s'appelle COVID-19 et le virus s'appelle SRAS Coronavirus-2. De la même manière, la Bible dit que les péchés (au pluriel) sont une maladie spirituelle ; le péché (singulier) est sa racine, et il aboutit à la mort.

Moïse et le serpent de bronze

Une histoire reliant la maladie et la mort, que Jésus a liée à sa mission, est le récit de serpents infestant le camp israélite à l'époque de Moïse. Il fallait un remède avant qu'ils ne soient submergés par la mort. 

Ils ont voyagé du mont Hor le long de la route vers la mer Rouge, pour contourner Edom. Mais les gens s'impatientaient en chemin; ils parlèrent contre Dieu et contre Moïse, et dirent : « Pourquoi nous avez-vous fait monter d'Égypte pour mourir dans le désert ? Il n'y a pas de pain ! Il n'y a pas d'eau! Et nous détestons cette misérable nourriture !

Alors le Seigneur envoya parmi eux des serpents venimeux ; ils ont mordu le peuple et beaucoup d'Israélites sont morts. Le peuple s'approcha de Moïse et lui dit : « Nous avons péché en parlant contre l'Éternel et contre toi. Priez que le Seigneur nous enlève les serpents. Alors Moïse pria pour le peuple.

Le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent et place-le sur une perche ; quiconque est mordu peut le regarder et vivre. Alors Moïse fit un serpent de bronze et le plaça sur une perche. Alors quand quelqu'un a été mordu par un serpent et a regardé le serpent de bronze, ils ont vécu. 

Numéros 21: 4-9

Tout au long de l'Ancien Testament, on est devenu impur soit par une maladie contagieuse, soit en touchant des cadavres, soit par le péché. Ces trois-là étaient associés les uns aux autres. Le Nouveau Testament résume notre situation ainsi :

Quant à toi, tu étais mort dans tes transgressions et tes péchés, dans lequel vous viviez lorsque vous suiviez les voies de ce monde et du souverain du royaume des airs, l'esprit qui est maintenant à l'œuvre chez ceux qui sont désobéissants.

Ephésiens 2: 1-2

La mort dans la Bible signifie « séparation » et implique à la fois une mort physique (l'âme se sépare du corps) et une mort spirituelle (l'âme séparée de Dieu). Comme un virus à l'intérieur de nous, le péché provoque une mort spirituelle immédiate, qui conduit ensuite à une certaine mort physique au fil du temps.

Bien que nous préférions ne pas penser à de telles choses, la Bible traite le péché aussi réel que le COVID-19, mais elle pointe également vers le vaccin…

Le vaccin – Par la mort de la semence

Dès ses débuts, la Bible a développé le thème d'une venue seed. Une graine est essentiellement un paquet d'ADN qui peut se déployer et se développer en une nouvelle vie. L'ADN d'une graine est une information spécifique à partir de laquelle de grosses molécules de formes spécifiques (protéines) sont fabriquées. En ce sens, il est similaire à un vaccin, qui sont de grosses molécules (appelées antigènes) d'une forme spécifique. Cette semence à venir promise dès le début résoudrait le problème du péché et de la mort.

Et je mettrai l'inimitié
Entre toi et la femme,
Et entre ta semence et sa semence;
He t'écrasera sur la tête,
Et tu le blesseras au talon.

Genesis 3: 15

Découvrir l' ici pour plus de détails sur la femme et sa semence. La semence a ensuite été promise à venir à travers Abraham aller dans toutes les nations.

Dans votre (celle d'Abraham) seed toutes les nations de la terre seront bénies parce que vous avez obéi à ma voix.

Genesis 22: 18

Dans ces cas, la graine est singulière. Un 'il', pas un 'ils' ou un 'ça', devait venir.

Dans l'Évangile, Jésus est révélé comme la semence promise - mais avec une torsion - la semence mourrait.  

Jésus répondit : « L'heure est venue où le Fils de l'homme doit être glorifié. 24 En vérité, je vous le dis, à moins qu'un grain de blé ne tombe à terre et ne meure, il ne reste qu'un Semence unique. Mais si cela meurt, cela produit plein de graines.

John 12: 23-24

Sa mort était en notre nom.

Mais nous voyons Jésus, qui a été fait inférieur aux anges pour un peu de temps, maintenant couronné de gloire et d'honneur parce qu'il a souffert la mort, afin que, par la grâce de Dieu, il puisse goûter la mort pour tout le monde.

Hébreux 2: 9

Dans certains types de vaccins, le virus est tué puis injecté dans notre corps afin que notre corps puisse produire les anticorps nécessaires. Notre système immunitaire peut ainsi défendre notre corps contre le virus. De la même manière, la mort de Jésus pour nous tous permet à cette graine de nous habiter maintenant afin que nous puissions développer une défense immunitaire contre ce virus spirituel - le péché.

Personne qui est né de Dieu ne pratique le péché, parce que Son seed demeure en lui; et il ne peut pas pécher, parce qu'il est né de Dieu.

1 John 3: 9

Sans vaccin adéquat, notre seule option (comme pour le COVID-19 puisqu'aucun vaccin n'a encore été développé) est la quarantaine. Ceci est également vrai dans le domaine spirituel. Cette quarantaine est plus communément connue sous le nom d'Enfer.

Comment est-ce ainsi?

Quarantine – Séparation du paradis et de l'enfer

Jésus a enseigné la venue du "Royaume des Cieux". Lorsque nous pensons au « paradis », nous pensons souvent à sa situation ou à son milieu – ces « rues d'or ». Mais le plus grand espoir du Royaume est une société avec des citoyens de caractère complètement honnête et désintéressé. Réfléchissez à tout ce que nous construisons dans les « royaumes » de la terre pour nous protéger les uns des autres. Nous avons tous des serrures sur nos maisons, des systèmes de sécurité avancés ; nous verrouillons nos voitures; nous disons à nos enfants de ne pas parler aux étrangers. Chaque ville a une force de police. Nous protégeons avec vigilance nos données en ligne. Lorsque vous pensez à tous les systèmes, pratiques et procédures que nous avons mis en place dans nos « royaumes sur terre » et que vous réalisez qu'ils sont là simplement pour nous protéger les uns des autres, vous pouvez avoir une lueur du problème du péché au ciel. . 

Si Dieu créait un royaume des « cieux » et nous invitait ensuite à en devenir les citoyens, nous le transformerions rapidement en l'enfer dans lequel nous avons transformé ce monde. L'or dans les rues disparaîtrait en un rien de temps. Le péché en nous doit être extirpé tout comme le COVID-19 doit être extirpé pour que la société soit en bonne santé. Pas une seule personne qui 'manqué' (le sens du péché) cette norme parfaite pourrait entrer dans le royaume – car alors il serait ruiné. Une quarantaine devrait être imposée.

Qu'en est-il alors pour ceux qui sont mis en quarantaine et dont l'entrée est refusée ? Dans ce monde, si l'on vous refuse l'entrée dans un pays, vous ne pouvez pas non plus vous attendre à participer à ses ressources et à ses avantages (recevoir son aide sociale, un traitement médical, etc.). Mais dans l'ensemble, les gens du monde entier, même les terroristes en fuite de tous les pays, profitent des mêmes commodités de base de la nature, comme respirer l'air, voir la lumière comme tout le monde.

Mais qui a fait la lumière ? La Bible affirme

« Dieu a dit : « Que la lumière soit » et la lumière fut ».

Genesis 1: 3

Si cela est vrai, alors toute la lumière est sienne - et il s'avère que nous ne faisons que l'emprunter maintenant. Mais avec l'établissement final du Royaume des Cieux, Sa lumière sera dans Son Royaume. Donc « dehors » sera « ténèbres » – tout comme Jésus a décrit l'Enfer dans cette parabole.

« Alors le roi dit aux serviteurs : 'Liez-lui les mains et les pieds, et jetez-le dehors, dans les ténèbres, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.' 

Matthew 22: 13

S'il est vrai qu'il y a un Créateur, alors la plupart de ce que nous tenons pour acquis et supposons être « nôtre » est vraiment le Sien. En commençant par une entité aussi basique que la « lumière », le monde qui nous entoure, et en passant à nos capacités naturelles telles que la pensée et la parole - nous n'avons vraiment rien fait pour créer ces capacités - nous nous trouvons simplement capables de les utiliser. Lorsque le Royaume sera finalisé, le Propriétaire les récupérera.

Lorsque COVID-19 éclate et menace de mort et de ravages parmi nous tous, nous n'entendons aucun argument lorsque les experts insistent sur la quarantaine. Il n'est donc pas surprenant d'entendre Jésus enseigner dans sa parabole de l'homme riche et de Lazare que

Et en plus de tout cela, entre nous (dans le Royaume de Dieu) et vous (en Enfer) un grand gouffre a été mis en place, de sorte que ceux qui veulent aller d'ici vers vous ne peuvent pas, ni personne ne peut traverser de là vers nous. .

Luke 16: 26

Prendre le vaccin – L'explication de Jésus sur le serpent de bronze

Jésus a une fois expliqué sa mission en utilisant l'histoire ci-dessus sur Moïse et les serpents mortels. Pensez à ce qui serait arrivé aux personnes mordues par les serpents.

Lorsqu'il est mordu par un serpent venimeux, le venin qui pénètre dans le corps est un antigène, tout comme une infection virale. Le traitement normal consiste à essayer d'aspirer le venin; lier fermement le membre mordu afin que le sang ne coule pas et que le venin ne se propage pas à partir de la morsure; et réduire l'activité afin que la fréquence cardiaque réduite ne pompe pas rapidement le venin à travers le corps. 

Lorsque les serpents ont infecté les Israélites, on leur a dit de regarder le serpent de bronze tenu sur une perche pour être guéri. Vous pourriez visualiser cela comme une personne mordue sortant de son lit pour regarder le serpent de bronze à proximité, puis être guérie. Mais il y avait environ 3 millions de personnes dans le camp israélite (ils comptaient plus de 600 000 hommes en âge de servir) – la taille d'une grande ville moderne. Il y avait de fortes chances que les personnes mordues se trouvent à plusieurs kilomètres et hors de vue du mât du serpent de bronze. Ainsi, ceux qui ont été mordus par les serpents ont dû faire un choix. Ils pourraient prendre des précautions standard consistant à lier étroitement la plaie et à se reposer pour limiter le flux sanguin et la propagation du venin. Ou bien il leur faudrait se fier au remède annoncé par Moïse et marcher plusieurs kilomètres, en faisant monter le flux sanguin et en répandant le venin, pour regarder le serpent de bronze sur la perche. Ce serait la confiance ou le manque de confiance dans la parole de Moïse qui déterminerait la ligne de conduite de chacun.

Jésus s'est référé à cela quand il a dit

Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi le Fils de l'homme doit-il être élevé; 15 afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle.

John 3: 14-15

Jésus dit que notre situation est comme cette histoire. Les serpents qui infestent le camp sont comme un péché en nous et dans la société. Nous sommes infectés par le venin du péché et cela entraînera notre mort - une mort éternelle nécessitant la quarantaine du Royaume des Cieux. Il fait ensuite le lien que son être élevé sur la croix était comme le serpent de bronze élevé sur un poteau. Tout comme le serpent de bronze pouvait guérir les Israélites de leur venin mortel, il peut guérir le nôtre. Les Israélites dans le camp devaient regarder le serpent ressuscité. Mais pour ce faire, ils devraient explicitement faire confiance à la solution fournie par Moïse et agir de manière contre-intuitive en ne ralentissant pas le rythme cardiaque. C'est leur confiance en ce que Dieu a fourni qui les a sauvés. C'est pareil pour nous. Nous ne regardons pas physiquement la croix, mais nous avons confiance en cette disposition donnée par Dieu pour nous sauver de l'infection du péché et de la mort. 

Cependant, à celui qui ne travaille pas mais fiducies Dieu qui justifie les impies, leur foi est créditée comme justice. 

Romains 4: 5

Nous ne faisons pas confiance à notre capacité à combattre l'infection, mais faisons confiance à Dieu qui a fabriqué le vaccin dans la Semence. Nous lui confions les détails du vaccin. C'est pourquoi 'Evangile' signifie 'Bonne nouvelle'. Quiconque a été infecté par une maladie mortelle mais apprend maintenant qu'un vaccin est disponible et administré gratuitement - c'est une bonne nouvelle.

Viens voir

Bien sûr, nous avons besoin d'une raison pour faire confiance à la fois au diagnostic et au vaccin. Nous n'osons pas donner notre confiance naïvement. Comme l'une des premières discussions sur ce thème enregistre

Philippe trouva Nathanaël et lui dit : « Nous avons trouvé celui dont Moïse a parlé dans la loi, et dont les prophètes ont aussi parlé : Jésus de Nazareth, fils de Joseph.

46 « Nazareth ! Quelque chose de bon peut-il venir de là ? demanda Nathanaël.

« Viens voir, dit Philippe.

John 1: 45-46

L'Evangile nous invite à venir voir, à examiner cette Semence. De nombreux articles ici le font, en répondant à diverses questions que nous pouvons avoir, y compris La résurrection, fiabilité de la Bible, les résumé général de l'Evangileou vu à travers une histoire d'amour. Venez voir comme Nathanaël l'a fait il y a si longtemps.

Pour une discussion plus approfondie sur Dieu et Coronovairus, voir https://www.noeticshift.org/

Pourquoi un Dieu Bon a-t-il créé un Mauvais Diable ?

La Bible dit que c'est le diable (ou Satan) sous la forme d'un serpent qui a incité Adam et Eve à pécher et à provoqué leur chute. Mais cela soulève une question importante : pourquoi Dieu a-t-il créé un « mauvais » diable (signifiant « adversaire ») pour corrompre Sa bonne création ?

Lucifer - Celui qui brille

En fait, la Bible dit que Dieu a créé un esprit puissant, intelligent et beau qui était le chef parmi tous les anges. Son nom était Lucifer (signifiant 'Shining One') - et il était très bon. Mais Lucifer avait aussi une volonté avec laquelle il pouvait librement choisir. Un passage d'Ésaïe 14 rapporte le choix qu'il avait :

Comment tu es tombé du ciel,
étoile du matin, fils de l'aurore !
Tu as été jeté à terre,
toi qui as jadis terrassé les nations !
Tu as dit dans ton coeur,
"Je vais monter aux cieux;
Je vais lève mon trône
au-dessus des étoiles de Dieu;
Je vais trônez sur la montagne de l'assemblée,
sur les hauteurs extrêmes du Nord.
Je vais monter au-dessus des sommets des nuages;
Je vais me rendre semblable au Très-Haut. (Ésaïe 14:12-14)

Lucifer, comme Adam, face à une décision. Il pouvait accepter que Dieu était Dieu ou il pouvait choisir d'être son propre « dieu ». Ses « Je veux » répétés montrent qu'il a choisi de défier Dieu et de se déclarer « le Très Haut ». Un passage d'Ezéchiel donne une description parallèle de la chute de Lucifer :

Tu étais en Eden, le jardin de Dieu.
… Je t'ai ordonné et oint
comme le puissant gardien angélique.
Tu avais accès à la sainte montagne de Dieu
et marcha parmi les pierres de feu.
"Tu étais irréprochable dans tout ce que tu as fait
depuis le jour où tu as été créé
jusqu'au jour où le mal s'est trouvé en vous.
… et tu as péché.
Alors je t'ai banni en disgrâce
de la montagne de Dieu.
Je t'ai expulsé, ô puissant gardien,
de ta place parmi les pierres de feu.
Ton coeur était rempli de fierté
à cause de toute ta beauté.
Ta sagesse a été corrompue
par ton amour de la splendeur.
Alors je t'ai jeté par terre. (Ézéchiel 28:13-17)

La beauté, la sagesse et la puissance de Lucifer – toutes les bonnes choses créées en lui par Dieu – ont conduit à l'orgueil. Sa fierté a conduit à sa rébellion, mais il n'a jamais perdu aucun de ses pouvoirs et capacités. Il mène maintenant une révolte cosmique contre son Créateur pour voir qui sera Dieu. Sa stratégie consistait à enrôler l'humanité à le rejoindre - en la tentant de faire le même choix que lui - de s'aimer, de devenir indépendant de Dieu et de le défier. Le coeur de la test de la volonté d'Adam était le même que celui de Lucifer; c'était juste présenté différemment. Ils ont tous deux choisi d'être 'dieu' pour eux-mêmes.

Satan - travaillant à travers les autres

Le passage d'Isaïe s'adresse au « roi de Babylone » et le passage d'Ézéchiel s'adresse au « roi de Tyr ». Mais d'après les descriptions données, il est clair qu'aucun humain n'est adressé. Les « Je veux » d'Isaïe décrivent quelqu'un qui a été jeté à terre en punition pour avoir voulu placer son trône au-dessus du trône de Dieu. Le passage d'Ézéchiel s'adresse à un « gardien angélique » qui s'est installé autrefois dans l'Éden et la « montagne de Dieu ». Satan (ou Lucifer) se met souvent derrière ou à travers quelqu'un d'autre. Dans la Genèse, il parle à travers le serpent. Dans Ésaïe, il règne par le roi de Babylone, et dans Ézéchiel, il possède le roi de Tyr.

Pourquoi Lucifer s'est-il révolté contre Dieu ?

Mais pourquoi Lucifer a-t-il voulu défier le Créateur tout-puissant et omniscient ? Être "intelligent" consiste en partie à savoir si vous pouvez ou non vaincre votre adversaire. Lucifer a peut-être du pouvoir, mais ce serait encore insuffisant pour vaincre Son Créateur. Pourquoi tout perdre pour quelque chose qu'il ne pouvait pas gagner ? Je pense qu'un ange "intelligent" aurait reconnu ses limites contre Dieu - et retenu sa révolte. Alors pourquoi ne l'a-t-il pas fait ? Cette question m'a intrigué pendant de nombreuses années.

Puis j'ai réalisé que Lucifer ne pouvait croire que Dieu était Son Créateur tout-puissant que par la foi – la même que pour nous. La Bible suggère que les anges ont été créés pendant la semaine de la création. Par exemple, un passage de Job nous dit :

Alors l'Éternel parla à Job du haut de la tempête. Il a dit…
« Où étais-tu quand j'ai posé les fondations de la terre ?
Dites-moi, si vous comprenez….
tandis que les étoiles du matin chantaient ensemble
et tous les anges criaient de joie ? (Job 38:1-7)

Imaginez que Lucifer ait été créé et soit devenu conscient pendant la semaine de la création, quelque part dans l'univers. Tout ce qu'il sait, c'est qu'il existe maintenant et qu'il est conscient de lui-même, et aussi qu'il y a un autre Être qui prétentions qu'Il a créé Lucifer et l'univers. Mais comment Lucifer sait-il que cette affirmation est vraie ? Peut-être que ce soi-disant créateur avait surgi dans les étoiles juste avant que Lucifer ne surgisse. Et parce que ce « créateur » est arrivé plus tôt sur la scène, il était (peut-être) plus puissant et (peut-être) plus savant que Lucifer – mais encore une fois peut-être pas. Peut-être que lui et le "créateur" sont apparus simultanément. Lucifer ne pouvait qu'accepter la Parole de Dieu qu'il l'avait créé et que Dieu lui-même était éternel et infini. Mais dans sa fierté, il a plutôt choisi de croire en son fantasme.

Peut-être qu'il semble douteux que Lucifer croie que lui et Dieu (et les autres anges) viennent de "surgir" dans l'existence. Mais c'est le même idée de base derrière la dernière pensée de la cosmologie moderne. Il y a eu une fluctuation cosmique du néant, puis de cette fluctuation est né l'univers - c'est l'essence des théories modernes de la cosmologie. Fondamentalement, tout le monde - de Lucifer à Richard Dawkins et Stephen Hawkings à vous et moi - doit décider par la foi si l'univers est autonome ou a été créé et soutenu par un Dieu créateur.

Autrement dit, voir c'est pas croire. Lucifer avait vu et parlé avec Dieu. Mais il devait encore accepter « par la foi » que Dieu l'avait créé. Beaucoup de gens disent que si Dieu leur « apparaissait » simplement, alors ils croiraient. Mais dans la Bible, beaucoup de gens ont vu et entendu Dieu – mais ne l'ont toujours pas pris au mot. La question était de savoir s'ils accepteraient et feraient confiance à Sa Parole sur Lui-même et sur eux-mêmes. D'Adam et Eve, à Caïn et Abel, à Noé, aux Égyptiens à la première Pâque, à la traversée israélite de la mer Rouge et à ceux qui ont vu les miracles de Jésus – « voir » n'a jamais abouti à la confiance. La chute de Lucifer est cohérente avec cela.

Que fait le Diable aujourd'hui ?

Ainsi, selon la Bible, Dieu n'a pas créé un « mauvais diable », mais a créé un être angélique puissant et intelligent. Par orgueil, il a mené une révolte contre Dieu – et ce faisant, il a été corrompu, tout en gardant sa splendeur originelle. Vous, moi et toute l'humanité sommes devenus une partie du champ de bataille dans ce concours entre Dieu et son « adversaire » (diable). La stratégie du diable n'est pas de porter de sinistres capes noires comme les "Cavaliers noirs" dans le Le Seigneur des Anneaux et jette sur nous des malédictions maléfiques. Au lieu de cela, il cherche à nous tromper de la rédemption que Dieu avait promise au début des temps par Abraham, par Moïse, puis accomplie dans la mort et la résurrection de Jésus. Comme le dit la Bible :

Satan lui-même se fait passer pour un ange de lumière. Il n'est donc pas surprenant que ses serviteurs se fassent aussi passer pour des serviteurs de la justice. (2 Corinthiens 11:14-15)

Parce que Satan et ses serviteurs peuvent se faire passer pour de la « lumière », nous sommes plus facilement trompés. C'est peut-être pour cela que l'Evangile semble toujours se heurter à nos instincts et à toutes les cultures.

Quelle est l'histoire du peuple juif ?

Les Juifs sont l'un des peuples les plus anciens du monde. Leur histoire est enregistrée dans la Bible, par des historiens en dehors de la Bible et à travers l'archéologie. Nous avons plus de faits sur leur histoire que sur celle de toute autre nation. Nous utiliserons ces informations pour résumer leur histoire. Pour rendre l'histoire des Israélites (un mot de l'Ancien Testament désignant le peuple juif) plus facile à suivre, nous utiliserons des chronologies.

Abraham : l'arbre généalogique juif commence

La chronologie commence par Abraham. Il était donné une promesse de nations venant de lui et avait rencontres avec Dieu se terminant par le sacrifice symbolique de son fils Isaac. Ce sacrifice était un signe pointant vers Jésus en marquant le futur lieu où Jésus serait sacrifié. La chronologie continue en vert lorsque les descendants d'Isaac étaient esclaves en Égypte. Cette période a commencé lorsque Joseph, petit-fils d'Isaac, a conduit les Israélites en Égypte, où plus tard ils sont devenus esclaves.

chronologie biblique avec abraham et moïse dans l'histoire
Vivre en Égypte en tant qu'esclaves de Pharaon

Moïse : Les Israélites deviennent une nation sous Dieu

Moïse fit sortir les Israélites d'Égypte par le Peste de la Pâque, qui détruisit l'Égypte et permit l'exode des Israélites d'Égypte vers le pays d'Israël. Avant de mourir, Moïse a annoncé Bénédictions et malédictions sur les Israélites (lorsque la chronologie passe du vert au jaune). Ils seraient bénis s'ils obéissaient à Dieu, mais subiraient une malédiction s'ils ne le faisaient pas. Ces bénédictions et malédictions devaient suivre le peuple juif pour toujours.

chronologie historique de la bible d'abraham à david

Pendant plusieurs centaines d'années, les Israélites ont vécu dans leur pays, mais ils n'avaient pas de roi, ni la capitale de Jérusalem - elle appartenait à d'autres personnes à cette époque. Cependant, avec le roi David vers 1000 av. J.-C., cela a changé.

chronologie historique Vivre avec les rois davidiques au pouvoir depuis Jérusalem
Vivre avec les rois davidiques au pouvoir depuis Jérusalem

David établit une dynastie royale à Jérusalem

David a conquis Jérusalem et en a fait sa capitale. Il a reçu le promesse d'un « Christ » à venir et à partir de ce moment-là, le peuple juif a attendu que le « Christ » vienne.  Son fils Salomon lui a succédé et Salomon a construit le premier temple juif à Jérusalem. Les descendants du roi David ont continué à régner pendant environ 400 ans et cette période est indiquée en bleu aqua (1000 - 600 avant JC). C'était la période de gloire des Israélites – ils avaient les Bénédictions promises. Ils étaient une nation puissante, avaient une société avancée, une culture et leur Temple. Mais l'Ancien Testament décrit également leur corruption croissante et leur culte des idoles à cette époque. De nombreux prophètes de cette période ont averti les Israélites que les malédictions de Moïse viendraient sur eux s'ils ne changeaient pas. Mais ces avertissements ont été ignorés.

Le premier exil juif à Babylone

Enfin, vers 600 avant JC, les malédictions se sont produites. Nabuchodonosor, un puissant roi babylonien est venu - tout comme Moïse l'avait prédit 900 ans auparavant quand il a écrit dans son Maudire:

Le Seigneur fera venir de loin une nation contre vous… une nation à l'air féroce sans respect pour les vieux ni pitié pour les jeunes. … Ils assiégeront toutes les villes du pays. (Deutéronome 28 : 49-52)

Nebucadnetsar a conquis Jérusalem, l'a incendiée et a détruit le Temple que Salomon avait construit. Il a ensuite exilé les Israélites à Babylone. Seuls les pauvres Israélites sont restés en arrière. Cela a accompli les prédictions de Moïse selon lesquelles

Vous serez arraché de la terre que vous entrez pour posséder. Alors le Seigneur te dispersera parmi toutes les nations, d'une extrémité de la terre à l'autre. (Deutéronome 28:63-64)

Chronologie historique juive Conquis et exilé à Babylone
Conquis et exilé à Babylone

Ainsi, pendant 70 ans, la période indiquée en rouge, les Israélites ont vécu en exil hors du pays promis à Abraham et à sa descendance.

Retour d'exil sous les Perses

Après cela, l'empereur perse Cyrus a conquis Babylone et Cyrus est devenu la personne la plus puissante du monde. Il a permis aux Israélites de retourner dans leur pays.

chronologie historiale juive Vivre dans le pays en tant que partie de l'empire perse
Vivre dans le pays en tant que partie de l'empire perse

Cependant, ils n'étaient plus un pays indépendant, ils étaient maintenant une province de l'Empire perse. Cela a duré 200 ans et est en rose dans la chronologie. Pendant ce temps, le temple juif (connu sous le nom de 2e temple) et la ville de Jérusalem ont été reconstruits.

La période des Grecs

Puis Alexandre le Grand a conquis l'empire perse et a fait des Israélites une province dans les empires grecs pendant encore 200 ans. Celui-ci est représenté en bleu foncé.

Chronologie historique juive Vivre dans le pays dans le cadre des empires grecs
Vivre dans le pays dans le cadre des empires grecs

La période des Romains

Ensuite, les Romains ont vaincu les empires grecs et sont devenus la puissance mondiale dominante. Les Israélites sont redevenus une province de cet Empire et cela est représenté en jaune clair. C'est l'époque où Jésus vivait. Cela explique pourquoi il y a des soldats romains dans les évangiles - parce que les Romains ont gouverné les Juifs en Terre d'Israël pendant la vie de Jésus.

Chronologie historique juive Vivre dans le pays dans le cadre de l'Empire romain
Vivre dans le pays dans le cadre de l'Empire romain

Le deuxième exil juif sous les Romains

Depuis l'époque des Babyloniens (600 av. J.-C.), les Israélites (ou les Juifs comme on les appelait maintenant) n'avaient pas été indépendants comme ils l'avaient été sous les rois de David. Ils étaient gouvernés par d'autres empires. Les Juifs s'en sont offusqués et se sont révoltés contre la domination romaine. Les Romains sont venus et ont détruit Jérusalem (70 après JC), incendié le 2e Temple et déporté les Juifs comme esclaves à travers l'Empire romain. C'était le seconde exil juif. Depuis que Rome était si grande, les Juifs étaient dispersés dans le monde entier.

Jérusalem et Temple détruits par les Romains en 70 après JC. Juifs envoyés en exil dans le monde entier
Jérusalem et Temple détruits par les Romains en 70 après JC. Juifs envoyés en exil dans le monde entier

Et c'est ainsi que le peuple juif a vécu pendant près de 2000 ans : dispersé dans des terres étrangères et jamais accepté dans ces terres. Dans ces différentes nations, ils souffraient régulièrement de grandes persécutions. Cette persécution des Juifs était particulièrement vraie dans l'Europe chrétienne. De l'Espagne, en Europe occidentale, à la Russie, les Juifs vivaient souvent dans des situations dangereuses dans ces royaumes chrétiens. Les malédictions de Moïse en 1500 av. J.-C. étaient des descriptions précises de la façon dont ils vivaient.

… Parmi ces nations, vous ne trouverez aucun repos, aucun lieu de repos pour la plante de votre pied. Là, le Seigneur vous donnera un esprit anxieux, des yeux las de nostalgie et un cœur désespéré. (Deutéronome 28:65)

Les Malédictions contre les Israélites ont été donnés pour faire demander aux peuples :

Toutes les nations diront : « Pourquoi l'Éternel a-t-il fait cela à ce pays ? Pourquoi cette colère féroce et brûlante ?

Et la réponse était :

« … l'Éternel les a arrachés de leur pays et les a jetés dans un autre pays… » (Deutéronome 29:24-25)

La chronologie ci-dessous montre cette période de 1900 ans. Cette période est indiquée dans une longue barre rouge.

Chronologie historique des Juifs - mettant en vedette leurs deux périodes d'exil
Chronologie historique des Juifs - mettant en vedette leurs deux périodes d'exil

Vous pouvez voir que dans leur histoire, le peuple juif a traversé deux périodes d'exil, mais le deuxième exil a été beaucoup plus long que le premier exil.

L'Holocauste du XXe siècle

Puis les persécutions contre les juifs atteignirent leur apogée lorsque Hitler, à travers l'Allemagne nazie, tenta d'exterminer tous les juifs vivant en Europe. Il a presque réussi mais il a été vaincu et un reste de Juifs a survécu.

Renaissance moderne d'Israël

Le simple fait qu'il y ait eu des gens qui se sont identifiés comme « juifs » après plusieurs centaines d'années sans patrie était remarquable. Mais cela a permis aux dernières paroles de Moïse, écrites il y a 3500 ans, de se réaliser. En 1948, les Juifs, par l'intermédiaire des Nations Unies, ont vu la renaissance remarquable de l'État moderne d'Israël, comme Moïse l'avait écrit des siècles auparavant :

…alors l'Éternel, ton Dieu, rétablira ta fortune, aura pitié de toi et te rassemblera de toutes les nations où il t'a dispersé. Même si vous avez été banni dans le pays le plus éloigné sous les cieux, de là le Seigneur votre Dieu vous rassemblera et vous ramènera. (Deutéronome 30:3-4)

C'était aussi remarquable puisque cet état s'est construit malgré une grande opposition. La plupart des nations environnantes ont fait la guerre à Israël en 1948… en 1956… en 1967 et de nouveau en 1973. Israël, une très petite nation, était souvent en guerre avec cinq nations en même temps. Pourtant, non seulement Israël a survécu, mais les territoires ont augmenté. Lors de la guerre de 1967, les Juifs ont regagné Jérusalem, leur capitale historique que David avait fondée il y a 3000 ans. Le résultat de la création de l'État d'Israël et les conséquences de ces guerres ont créé l'un des problèmes politiques les plus difficiles de notre monde aujourd'hui.

Jésus était-il le fils d'une vierge de la lignée de David ?

Nous l'avons vu 'Christ' est un titre de l'Ancien Testament. Voyons maintenant cette question : Jésus de Nazareth était-il ce « Christ » prédit dans l'Ancien Testament ?

De la lignée de David

Le Psaume 132 de l'Ancien Testament, écrit 1000 ans avant la vie de Jésus, contenait une prophétie spécifique. Ça disait:

10 A cause de ton serviteur David,
ne rejetez pas votre oint. ( = 'Christ')

11 Le Seigneur a juré à David,
un serment sûr qu'il ne révoquera pas:
"Un de vos propres descendants
Je placerai sur ton trône….
13 Car le Seigneur a choisi Sion…,
17 "Ici je ferai pousser une corne pour David
et mis en place une lampe pour mon oint. (Psaume 132:10-17)

Vous pouvez voir que bien avant Jésus, les Psaumes juifs ont prédit que la oint (ie 'Christ') viendrait de David. C'est pourquoi les évangiles montrent que Jésus vient de David - ils veulent que nous voyions que Jésus accomplit cette prophétie.

Jésus était-il vraiment de la lignée de David ?

Mais comment savons-nous qu'ils n'ont pas simplement faire les généalogies pour obtenir un « accomplissement » ? Ils étaient sympathiques à Jésus et voulaient donc peut-être exagérer la vérité.

Lorsque vous essayez de découvrir ce qui s'est réellement passé, il est utile d'avoir le témoignage de hostile les témoins. Un témoin hostile était sur place pour voir les faits mais n'est pas d'accord avec la croyance générale, et a donc un motif pour réfuter un témoignage qui pourrait être faux. Supposons qu'il y ait eu un accident de voiture entre les personnes A et B. Les deux se reprochent mutuellement l'accident - ce sont donc des témoins hostiles. Si la personne A dit qu'elle a vu la personne B envoyer des SMS juste avant l'accident, et que la personne B l'admet, alors nous pourrions supposer que cette partie du différend est vraie puisque la personne B n'a rien à gagner à accepter ce point.

De la même manière, regarder des témoins historiques hostiles peut nous aider à déterminer ce vraiment arrivé avec Jésus. Le spécialiste du Nouveau Testament, le Dr FF Bruce, a étudié les références des rabbins juifs à Jésus dans le Talmud et la Mishna. Il a noté le commentaire suivant à propos de Jésus :

Ulla a dit : Croiriez-vous qu'une quelconque défense aurait été recherchée avec tant de zèle pour lui (c'est-à-dire Jésus) ? Il était un trompeur et le Tout-Miséricordieux dit : "Tu ne l'épargneras pas et tu ne le cacheras pas" [Deut 13:9] C'était différent avec Jésus car il était proche de la royauté» p. 56

FF Bruce fait cette remarque à propos de cette déclaration rabbinique :

La représentation est qu'ils essayaient de lui trouver une défense (une note d'excuse contre les chrétiens est détectée ici). Pourquoi essaieraient-ils d'en défendre un avec de tels crimes ? Parce qu'il était « proche de la royauté », c'est-à-dire de David. p. 57

En d'autres termes, des rabbins juifs hostiles n'a pas contester l'affirmation des auteurs de l'Évangile selon laquelle Jésus était de David. Ils n'acceptaient pas la prétention de Jésus à « Christ » et s'opposaient aux prétentions de l'Évangile à son sujet, mais ils admettaient quand même que Jésus faisait partie de la famille royale de David. Nous savons donc que les auteurs des évangiles n'ont pas simplement inventé cela pour obtenir un « accomplissement ». Même les témoins hostiles s'accordent sur ce point.

Est-il né d'une vierge ?

Il y a toujours une possibilité que cette prophétie se soit réalisée « par hasard ». Il y avait aussi d'autres membres de la famille royale. Mais être né d'une vierge ! Il n'y a aucune possibilité que cela se produise « par hasard ». C'est soit : 1) un malentendu, 2) une fraude, ou 3) un miracle – aucune autre option n'est ouverte.

Une naissance vierge avait été suggérée au commencement avec Adam. Dans le Nouveau Testament, Luc et Matthieu déclarent clairement que Marie a conçu Jésus alors qu'elle était vierge. Matthieu a également affirmé que c'était l'accomplissement d'une prophétie d'Isaïe (vers 750 av. J.-C.) qui disait :

C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Le vierge sera enceinte et donnera naissance à un sont, et l'appellera Emmanuel (c'est-à-dire 'Dieu avec nous') Esaïe 7:14 (et cité dans Matthieu 1:23 comme un accomplissement)

Peut-être n'était-ce qu'un malentendu. L'hébreu original הָעַלְמָ֗ה (prononcé haalmah) qui se traduit par « vierge » peut aussi signifier « jeune fille », c'est-à-dire une jeune femme non mariée. C'est peut-être tout ce qu'Isaïe voulait dire, il y a longtemps en 750 av. Mais avec un besoin religieux de la part de Matthieu et de Luc de vénérer Jésus, ils ont mal compris Isaïe comme signifiant « vierge » alors qu'il voulait vraiment dire « jeune femme ». Ajoutez la malheureuse grossesse de Marie avant son mariage, elle s'est transformée en « accomplissement divin » dans la naissance de Jésus.

Beaucoup de gens m'ont donné une explication comme celle-ci, et on ne peut pas la réfuter car il est impossible de prouver si quelqu'un est vierge ou non. Mais l'explication n'est pas si simple. La Septante était une traduction juive de l'Ancien Testament hébreu en grec faite en 250 av. J.-C. - deux cent cinquante ans avant la naissance de Jésus. Comment ces rabbins juifs ont-ils traduit Isaïe 7:14 de l'hébreu au grec ? L'ont-ils traduit par « jeune femme » ou « vierge » ? Bien que beaucoup de gens semblent savoir que l'hébreu original הָעַלְמָ֗ה peut signifier soit 'jeune femme' soit 'vierge', personne n'évoque le témoignage de la Septante qui le traduit par παρθένος (prononcé parthénos), qui signifie spécifiquement "vierge". En d'autres termes, les principaux rabbins juifs en 250 av. J.-C. ont compris que la prophétie hébraïque d'Isaïe signifiait « vierge » et non « jeune femme » - plus de deux cents ans avant la naissance de Jésus. La « naissance vierge » n'a pas été inventée par les évangélistes ou par les premiers chrétiens. C'était juif bien avant la venue de Jésus.

Pourquoi les principaux érudits juifs de 250 av. J.-C. feraient-ils une traduction si fantastique qu'un vierge eu un fils ? Si vous pensez que c'est parce qu'ils étaient superstitieux et non scientifiques, réfléchissons à nouveau. Les gens à cette époque étaient des agriculteurs. Ils savaient comment fonctionnait l'élevage. Des centaines d'années avant la Septante, Abraham et Sarah savaient qu'après un certain âge arrivait la ménopause et qu'il était alors impossible d'avoir des enfants. Non, les érudits de 250 av. J.-C. ne connaissaient pas la chimie et la physique modernes, mais ils comprenaient comment les animaux et les humains se reproduisaient. Ils auraient su qu'il était impossible d'avoir un vierge naissance. Mais ils n'ont pas reculé et l'ont traduit par « jeune femme » dans la Septante. Non, ils l'ont dit noir sur blanc qu'un vierge aurait un fils.

Le contexte de Marie

Considérons maintenant la partie accomplissement de cette histoire. Bien qu'il ne puisse être prouvé que Marie était vierge, elle était remarquablement dans la uniquement. et très brève étape de la vie où cela pourrait rester une question ouverte. C'était une époque de familles nombreuses. Les familles avec dix enfants étaient courantes. Compte tenu de cela, quelle était la chance que Jésus soit l'aîné des enfants ? Parce que s'il avait eu un frère ou une sœur aîné, nous saurions avec certitude que Marie n'était pas vierge. De nos jours, lorsque les familles ont environ 2 enfants, c'est une chance de 50-50, mais à l'époque, c'était plus proche d'une chance sur 1. Il y avait 10 chances sur 9 que l'« accomplissement » de la vierge soit simplement rejeté par le simple fait que Jésus avait un frère aîné – mais (contre toute attente) il ne l'avait pas fait.

Pensez maintenant au moment remarquable de l'engagement de Mary à cet égard. Si elle avait été mariée ne serait-ce que quelques jours, la « réalisation » vierge pourrait à nouveau être simplement rejetée. D'un autre côté, si elle n'avait pas encore été fiancée et s'était avérée enceinte, elle n'aurait pas eu de fiancé pour s'occuper d'elle. Dans cette culture, en tant que femme enceinte mais célibataire, elle aurait dû rester seule – si elle avait été autorisée à vivre.

Ce sont ces « coïncidences » remarquables et improbables qui rendent la naissance virginale impossible à réfuter ça me frappe. Ces coïncidences ne sont pas attendues, mais elles montrent plutôt un sens de l'équilibre et du timing comme si un Esprit organisait des événements pour montrer un plan et une intention.

Si Marie avait été mariée avant la naissance de Jésus ou si Jésus avait des frères et sœurs plus âgés, alors des témoins juifs hostiles l'auraient sûrement souligné. Au lieu de cela, il semble qu'une fois de plus, ils soient d'accord avec les auteurs des évangiles sur ce point. FF Bruce le note en expliquant comment Jésus est mentionné dans les écrits des rabbins :

Jésus est mentionné dans la littérature rabbinique comme Jésus ben Pantera ou Ben Pandira. Cela pourrait signifier 'le fils de la panthère'. L'explication la plus probable est qu'il s'agit d'une corruption de parthenos, le mot grec pour 'vierge' et qu'il découle de références chrétiennes à lui en tant que fils d'une vierge (p57-58)

Aujourd'hui, à l'époque de Jésus, il y a de l'hostilité envers Jésus et les prétentions de l'évangile. À l'époque, comme aujourd'hui, il y avait une opposition importante à son encontre. Mais la différence est qu'à l'époque il y avait aussi les témoins, et en tant que témoins hostiles, ils n'ont pas réfuté certains points fondamentaux qu'ils pourraient réfuter définitivement, si ces points avaient été inventés ou erronés.

Y avait-il un Adam ? Le témoignage des anciens chinois

La Bible est un livre remarquable. Il prétend être inspiré par Dieu et enregistrer avec précision l'histoire. J'avais l'habitude de douter de l'exactitude historique des premiers chapitres du premier livre de la Bible - la Genèse. C'était le récit d'Adam et Eve, le paradis, le fruit défendu, un tentateur, suivi du récit de Noé survivant à un déluge mondial. Comme la plupart des gens aujourd'hui, je pensais que ces histoires étaient vraiment des métaphores poétiques.

En faisant des recherches sur cette question, j'ai fait des découvertes fascinantes qui m'ont fait repenser mes croyances. Une découverte était ancrée dans l'écriture chinoise. Pour voir cela, vous devez connaître quelques informations sur les Chinois.

Le chinois écrit est né du début de la civilisation chinoise, il y a environ 4200 ans, quelque 700 ans avant que Moïse n'écrive le livre de la Genèse (1500 avant JC). Nous reconnaissons tous la calligraphie chinoise quand nous la voyons. Ce que beaucoup d'entre nous ne savent pas, c'est que les idéogrammes ou les « mots » chinois sont construits à partir d'images plus simples appelées les radicaux. C'est similaire à la façon dont l'anglais prend des mots simples (comme 'fire' et 'truck') et les combine en mots composés ('firetruck'). La calligraphie chinoise a très peu changé au cours des milliers d'années. Nous le savons grâce à des écrits trouvés sur des poteries anciennes et des artefacts en os. Seulement dans le 20th siècle avec le règne du parti communiste chinois a simplifié le scénario.

Par exemple, considérons l'idéogramme chinois pour le mot abstrait « premier ». Il est montré ici.

Premier = vivant + poussière + homme
Premier = vivant + poussière + homme

"Premier" est un composé de radicaux plus simples, comme indiqué. Vous pouvez voir comment ces radicaux se retrouvent tous combinés en « premier ». La signification de chacun des radicaux est également indiquée. Cela signifie qu'il y a environ 4200 ans, lorsque les premiers scribes chinois formaient l'écriture chinoise, ils ont rejoint les radicaux avec le sens de 'vivant'+'poussière'+'homme' => 'premier'. Mais pourquoi? Quel lien naturel y a-t-il entre la « poussière » et le « premier » ? Il n'y en a pas. Mais notez la création du premier homme dans la Genèse.

L'Éternel Dieu forma l'homme de la poussière du sol et insuffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant (Genèse 2:17).

Le « premier » homme (Adam) a été rendu vivant à partir de la poussière. Mais où les anciens Chinois ont-ils obtenu cette connexion 700 ans avant que Moïse n'écrive la Genèse ? Penses-y:

Poussière + souffle de la bouche + vivant = parler
Poussière + souffle de la bouche + vivant = parler

Les radicaux pour 'poussière' + 'souffle de la bouche' + 'vivant' sont combinés pour former l'idéogramme 'parler'. Mais alors 'parler' est lui-même combiné avec 'marcher' pour former 'créer'.

Parler + marcher = créer
Parler + marcher = créer

Mais quel est le lien naturel entre « poussière », « souffle de la bouche », « vivant », « marcher » et « créer » qui amènerait les anciens Chinois à établir cette relation ? Mais cela présente également une similitude frappante avec Genèse 2:17 ci-dessus.

Cette similitude perdure. Remarquez comment 'diable' est formé de 'l'homme se déplaçant secrètement dans le jardin'. Quelle est la relation naturelle entre les jardins et les diables ? Ils n'en ont pas du tout.

Secret + homme + jardin + vivant = diable
Secret + homme + jardin + vivant = diable

Pourtant, les anciens Chinois ont ensuite construit là-dessus en combinant ensuite « diable » avec « deux arbres » pour « tentateur » !

Diable + 2 arbres + couvert = tentateur
Diable + 2 arbres + couvert = tentateur

Ainsi, le « diable » sous le couvert de « deux arbres » est le « tentateur ». Si je devais établir un lien naturel avec la tentation, je pourrais montrer une femme sexy dans un bar ou un péché tentant. Mais pourquoi deux arbres ? Qu'est-ce que les « jardins » et les « arbres » ont à voir avec les « démons » et les « tentateurs » ? Comparez maintenant avec le compte Genesis :

L'Éternel Dieu avait planté un jardin à l'est… au milieu du jardin se trouvaient les arbre de la vie et de la arbre de la connaissance du bien et du mal (Genesis 2: 8-9)

Maintenant, le serpent était plus rusé… il dit à la femme : « Dieu a-t-il vraiment dit… » (Genèse 3 : 1)

« Désirer » ou « convoiter » est à nouveau lié à une « femme » et à « deux arbres ». Pourquoi ne pas relier « désir » au sens sexuel avec « femme » ? Ce serait une relation naturelle. Mais les Chinois ne l'ont pas fait.

2 arbres + femme = désir
2 arbres + femme = désir

Le récit de la Genèse montre une relation entre 'convoiter', 'deux arbres' et 'femme'.

Lorsque la femme vit que le fruit de l'arbre était bon à manger et agréable à regarder, et aussi désirable pour acquérir la sagesse, elle en prit et en mangea. Elle en donna aussi à son mari (Genèse 3:6)

Considérons un autre parallèle remarquable. L'idéogramme chinois pour « grand bateau » est illustré ci-dessous et les radicaux qui le construisent sont également indiqués :

bateau
Big Boat = Huit + bouches + vaisseau

Ils sont 'huit' 'personnes' dans un 'vaisseau'. Si je devais représenter un gros bateau, pourquoi ne pas avoir 3000 personnes dans un navire. Pourquoi huit ? Intéressant, dans le récit de la Genèse du déluge, il y a huit personnes dans l'Arche de Noé (Noé, ses trois fils et leurs quatre femmes).

Les parallèles entre la Genèse primitive et l'écriture chinoise sont remarquables. On pourrait même penser que les Chinois ont lu la Genèse et en ont emprunté, mais l'origine de leur langue remonte à 700 ans avant Moïse. Est-ce une coïncidence ? Mais pourquoi tant de "coïncidences" ? Pourquoi n'y a-t-il pas de tels parallèles avec les Chinois pour les histoires ultérieures de la Genèse d'Abraham, d'Isaac et de Jacob ?

Mais supposons que Genesis enregistre de vrais événements historiques. Ensuite, les Chinois – en tant que race et groupe linguistique – sont originaires de Babel (Genèse 11) comme tous les autres groupes linguistiques/raciaux anciens. Le récit de Babel raconte comment les enfants de Noé avaient leurs langues confuses par Dieu afin qu'ils ne puissent pas se comprendre. Cela a entraîné leur migration hors de Mésopotamie et a limité les mariages mixtes à leur langue. Les Chinois faisaient partie de ces peuples qui se sont dispersés depuis Babel. A cette époque, les récits de Genesis Creation/Flood étaient leur histoire récente. Ainsi, lorsqu'ils ont développé l'écriture pour des concepts abstraits tels que « convoiter », « tentateur », etc., ils ont pris des récits qui étaient bien compris dans leur histoire. De même pour le développement des noms – comme « grand bateau », ils puiseraient dans les récits extraordinaires dont ils se souvenaient.

Ainsi, les récits de la Création et du Déluge ont été ancrés dans leur langue dès le début de leur civilisation. Au fil des siècles, ils ont oublié la raison d'origine, comme cela arrive si souvent. Si tel est le cas, alors le récit de la Genèse a enregistré de vrais événements historiques, pas seulement des métaphores poétiques.

Sacrifices chinois

Les Chinois avaient également l'une des traditions cérémonielles les plus durables qui aient jamais été menées sur terre. Dès le début de la civilisation chinoise (environ 2200 av. J.-C.), l'empereur chinois au solstice d'hiver sacrifiait toujours un taureau à Shang-Ti ("Empereur des Cieux", c'est-à-dire Dieu). Cette cérémonie s'est poursuivie à travers toutes les dynasties chinoises. En fait, il ne fut arrêté qu'en 1911 lorsque le général Sun Yat-sen renversa la dynastie Qing. Ce sacrifice de taureau a eu lieu chaque année dans le « Temple du Ciel », qui est maintenant une attraction touristique à Pékin. Ainsi, pendant plus de 4000 ans, un taureau a été sacrifié chaque année par l'empereur chinois à l'empereur céleste. Pourquoi ? Il y a longtemps, Confucius (551-479 av. J.-C.) a posé cette même question. Il a dit:

"Celui qui comprend les cérémonies des sacrifices au ciel et à la terre... trouverait le gouvernement d'un royaume aussi facile que de regarder dans sa paume !"

Ce que Confucius a dit, c'est que quiconque pourrait percer ce mystère du sacrifice serait assez sage pour gouverner le royaume. Ainsi, entre 2200 avant JC, lorsque le sacrifice frontalier a commencé, jusqu'à l'époque de Confucius (500 avant JC), la signification du sacrifice avait été perdue pour les Chinois - même s'ils ont continué le sacrifice annuel encore 2400 ans jusqu'en 1911 après JC.

Peut-être, si le sens de leur calligraphie n'avait pas été perdu, Confucius aurait pu trouver une réponse à sa question. Considérez les radicaux utilisés pour construire le mot « juste ».

Main + lance/poignard = moi ; + brebis = justice
Main + lance/poignard = moi ; + brebis = justice

Droiture est un composé de « mouton » au-dessus de « moi ». Et 'moi' est un composé de 'main' et 'lance' ou 'poignard'. Cela donne l'idée que ma main va tuer l'agneau et entraîner droiture. Le sacrifice ou la mort de l'agneau à ma place me donne la justice.

La Genèse a de nombreux sacrifices d'animaux bien avant que Moïse ne commence le système de sacrifice juif. Par exemple, Abel (le fils d'Adam) et Noé offrent des sacrifices (Genèse 4 : 4 et 8 : 20). Il semble que les premiers peuples aient compris que les sacrifices d'animaux étaient des symboles d'une mort de substitution nécessaire à la justice. L'un des titres de Jésus était « agneau de Dieu » (Jean 1:29). Sa mort était la véritable sacrifice qui donne la justice. Tous les sacrifices d'animaux - y compris les anciens sacrifices frontaliers chinois - n'étaient que des images de son sacrifice. C'est quoi Le sacrifice d'Isaac par Abraham souligné, ainsi que Sacrifice de la Pâque de Moïse. Les anciens Chinois semblaient avoir commencé avec cette compréhension bien avant qu'Abraham ou Moïse ne vivent, bien qu'ils l'aient oubliée à l'époque de Confucius.

Cela signifie que le sacrifice et la mort de Jésus pour la justice ont été compris dès l'aube de l'histoire humaine. La vie, la mort et la résurrection de Jésus étaient un plan divin renforcé par des signes afin que les gens puissent le savoir depuis le début des temps.

Cela va à l'encontre de nos instincts. Nous pensons que la justice est basée soit sur la miséricorde de Dieu, soit sur nos mérites. En d'autres termes, beaucoup pensent qu'aucun paiement n'est requis pour le péché puisque Dieu est uniquement miséricordieux et non saint. D'autres pensent qu'un certain paiement est nécessaire, mais que nous pouvons faire le paiement par les bonnes choses que nous faisons. Nous essayons donc d'être bons ou religieux et nous espérons que tout ira bien. Ceci est contrasté par l'Evangile qui dit:

Mais maintenant une justice de Dieu, en dehors de la loi, a été révélée… Cette justice vient par la foi en Jésus-Christ à tous ceux qui croient (Romains 3:21-22)

Peut-être que les anciens étaient conscients de quelque chose que nous risquons d'oublier.

Bibliographie

  • La découverte de la Genèse. CH Kang et Ethel Nelson. 1979
  • La Genèse et le mystère que Confucius n'a pas pu résoudre. Ethel Nelson et Richard Broadberry. 1994

Simple mais puissant : Quelle est la signification du sacrifice de Jésus ?

Jésus est venu se donner en sacrifice pour tous les peuples afin que nous puissions échapper notre corruption et renouer avec Dieu. Ce plan était annoncé au début de l'histoire humaine. Il a été signé par Dieu dans le sacrifice d'Abraham en pointant vers le mont Moriah où le sacrifice de Jésus serait fourni. Puis le Sacrifice de la Pâque juive était un signe indiquant le jour de l'année où Jésus serait sacrifié.

Pourquoi son sacrifice est-il si important ? C'est une question qui mérite d'être posée. La Bible déclare une loi lorsqu'elle déclare :

Car le salaire du péché, c'est la mort… (Romains 6:23)

"Mort" littéralement veux dire 'séparation'. Lorsque notre âme se sépare de notre corps, nous mourons physiquement. De même, nous sommes même maintenant séparés de Dieu spirituellement. Ceci est vrai parce que Dieu est Saint (sans péché) alors que nous avons devenir corrompu à partir de notre création originale et donc nous péchons.

Cela peut être décrit en utilisant des falaises avec Dieu du côté opposé à nous, séparées par un gouffre sans fond. Tout comme une branche qui a été coupée d'un arbre est morte, nous nous sommes coupés de Dieu et sommes morts spirituellement.

Nous sommes séparés de Dieu par nos péchés comme un gouffre entre deux falaises
Nous sommes séparés de Dieu par nos péchés comme un gouffre séparant deux falaises

Cette séparation provoque la culpabilité et la peur. Donc, ce que nous essayons naturellement de faire, c'est de construire des ponts pour nous emmener de notre côté (de la mort) au côté de Dieu. Nous le faisons de différentes manières : aller à l'église, au temple ou à la mosquée, être religieux, être bon, aider les pauvres, méditer, essayer d'être plus serviable, prier davantage, etc. Ces actions pour gagner du mérite peuvent être très difficiles - et les vivre peut être très compliqué. Ceci est illustré dans la figure suivante.

Les bons efforts - aussi utiles soient-ils - ne peuvent pas combler la séparation entre nous et Dieu
Les bons efforts - aussi utiles soient-ils - ne peuvent pas combler la séparation entre nous et Dieu

Le problème est que nos efforts acharnés, nos mérites et nos actes, bien qu'ils ne soient pas mauvais, sont insuffisants parce que le paiement requis (le « salaire ») pour nos péchés est la « mort ». Nos efforts sont comme un « pont » qui essaie de franchir le fossé qui nous sépare de Dieu – mais à la fin n'y parvient pas. C'est parce que le bon mérite ne résoudra pas notre problème fondamental. C'est comme essayer de guérir le cancer (qui entraîne la mort) en mangeant végétarien. Manger végétarien n'est pas mauvais, c'est peut-être même bon, mais cela ne guérira pas le cancer. Pour le cancer, vous avez besoin d'un traitement totalement différent.

Cette loi est une mauvaise nouvelle - elle est si mauvaise que nous ne voulons souvent même pas l'entendre et nous remplissons nos vies d'activités et de choses en espérant que cette loi disparaîtra. Mais la Bible insiste sur cette loi du péché et de la mort pour attirer notre attention sur le remède simple et puissant.

Car le salaire du péché c'est la mort Mais… (Romains 6:23)

Le petit mot « mais » indique que la direction du message est sur le point de changer de direction, vers la Bonne Nouvelle de l'Évangile – la guérison. Cela montre à la fois la bonté et l'amour de Dieu.

Car le salaire du péché, c'est la mort, mais le cadeau de Dieu est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur (Romains 6:23)

La bonne nouvelle de l'évangile est que le sacrifice de la mort de Jésus est suffisant pour combler cette séparation entre nous et Dieu. Nous le savons parce que trois jours après sa mort, Jésus est ressuscité corporellement, revenant à la vie dans une résurrection physique. La plupart d'entre nous ne connaissent pas les preuves de sa résurrection. Un cas très solide peut être fait pour cela, comme le montre cette conférence publique que j'ai donnée dans une université (lien vidéo ici). Le sacrifice de Jésus a été prophétiquement mis en scène dans Le sacrifice d'Abraham et de la Sacrifice de la Pâque. Ces signes pointant vers Jésus ont été mis là pour nous aider à trouver le remède.

Jésus était un humain qui a vécu une vie sans péché. Par conséquent, il peut « toucher » à la fois le côté humain et le côté divin et combler le fossé séparant Dieu et les gens. Il est un pont vers la vie qui peut être décrit comme ceci :

Jésus est le pont qui enjambe le gouffre entre Dieu et l'homme
Jésus est le pont qui enjambe le gouffre entre Dieu et l'homme

Remarquez comment ce sacrifice de Jésus nous est donné. Il est offert comme un … 'cadeau'. Pensez aux cadeaux. Peu importe ce qu'est le cadeau, si c'est vraiment un cadeau, c'est quelque chose pour lequel vous ne travaillez pas et que vous faites pas gagner au mérite. Si vous le méritiez, le cadeau ne serait plus un cadeau, ce serait un salaire ! De la même manière, vous ne pouvez pas mériter ou gagner le sacrifice de Jésus. Il vous est offert en cadeau. C'est aussi simple que cela.

Et c'est quoi le cadeau ? Il est 'la vie éternelle'. Cela signifie que le péché qui vous a amené, vous et moi, à mourir est maintenant annulé. Le pont de vie de Jésus nous permet de nous reconnecter avec Dieu et de recevoir la vie – qui dure pour toujours. Dieu nous aime tant que ça, toi et moi. C'est si puissant.

Alors, comment vous et moi "traversons-nous" ce Pont de la Vie ? Encore une fois, pensez aux cadeaux. Si quelqu'un veut vous offrir un cadeau, vous devez le « recevoir ». Chaque fois qu'un cadeau est offert, il y a deux alternatives. Soit le cadeau est refusé ("Non merci") soit il est reçu ("Merci pour votre cadeau. Je vais le prendre"). Donc aussi à cette cadeau offert doit être reçu. Il ne suffit pas d'y croire mentalement, de l'étudier ou de le comprendre. Ceci est illustré dans la figure suivante où nous « marchons » sur le Pont en nous tournant vers Dieu et en recevant son don qu'il nous offre.

Slide4
Le sacrifice de Jésus est un cadeau que chacun de nous doit choisir de recevoir

Alors, comment recevons-nous ce cadeau? La Bible dit que

Tous qui invoque le nom du Seigneur sera sauvé (Romains 10:12)

Remarquez que cette promesse est pour « tout le monde ». Depuis qu'il ressuscité des morts Jésus est vivant même maintenant et il est 'Seigneur'. Donc, si vous l'invoquez, il vous entendra et vous offrira son cadeau. Vous l'appelez et lui demandez – en ayant une conversation avec lui. Peut-être n'avez-vous jamais fait cela. Vous trouverez ci-dessous une prière qui peut vous guider. Ce n'est pas un chant magique. Ce ne sont pas les mots spécifiques qui donnent le pouvoir. C'est la confiance comme l'avait fait Abraham que nous déposons en lui pour nous faire ce don. Si nous lui faisons confiance, il nous entendra et nous répondra. L'Evangile est puissant, et pourtant aussi si simple. N'hésitez pas à suivre ce guide si vous le trouvez utile.

Cher Seigneur Jésus. Je comprends qu'avec mes péchés je suis séparé de Dieu. Bien que je puisse faire de gros efforts, aucun effort ni sacrifice de ma part ne pourra combler cette séparation. Mais je comprends que ta mort était un sacrifice pour laver tous mes péchés. Je crois que tu es ressuscité des morts après ton sacrifice donc je sais que ton sacrifice était suffisant. Je vous demande de bien vouloir me purifier de mes péchés et de me rapprocher de Dieu afin que je puisse avoir la vie éternelle. Je ne veux pas vivre une vie asservie au péché, alors s'il vous plaît, libérez-moi du péché. Merci, Seigneur Jésus, de faire tout cela pour moi et voudrais-tu même maintenant continuer à me guider dans ma vie afin que je puisse te suivre comme mon Seigneur.

Amen